GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Les Tunisiens appelés aux urnes pour choisir leur président

    media Dans un bureau de vote à Tunis ce dimanche 13 octobre ppur le second tour de l'élection présidentielle. REUTERS/Amine Ben Aziza

    Le second tour de la présidentielle tunisienne oppose ce dimanche le juriste Kaïs Saïed au magnat des médias Nabil Karoui. Les bureaux de vote ont ouvert à l'heure prévue et la participation est suivie de près.

    Informations transmises en temps universel (TU, Tunis -1h). Rafraîchir la page

    Dans le quartier de la Goulette à Tunis, des retraités se retrouvent en matinée dans ce centre de vote de la banlieue. « Moi j’ai voté depuis 2011 sur toutes les élections. C’est quelque chose qui change en Tunisie. C’est à dire avant on votait, sous Ben Ali, avec une seule personne au pouvoir, maintenant on a le choix », nous raconte Mehdi Derwish.

    Un sentiment partagé par Abdelfattah, fier de pouvoir construire l’avenir du pays. « On participe à cette jeune démocratie du mieux qu’on peut. J’ai 75 ans, au temps de Bourguiba et de Ben Ali je n’ai jamais voté, donc je profite de l’occasion et à chaque fois je vote maintenant. Peut-être que ma voix peut changer quelque chose. Quelque soit le résultat, on est content ! », se réjouit-il.

    Au fil des heures, dans ce bureau de vote, peu de jeunes mais des familles se déplacent, comme Raliah, la quarantaine, qui nous explique. « C’est très important parce que c’est le futur de nos enfants. C’est entre nos mains donc on doit absolument voter. »

    Quelques votants se sont plaints qu’il n’y ait pas assez d’observateurs indépendants. Certains bureaux en sont en effet dépourvus. Le responsable du centre affirme comprendre et regretter que trop peu de bénévoles se soient engagés pour effectuer cette surveillance.

    Candidat à la présidentielle tunisienne, Nabil Karoui -56 ans- a voté peu avant 9h (TU). REUTERS/Zoubeir Souissi

    Troisième scrutin en 5 semaines

    Cette élection est le troisième scrutin national en cinq semaines, après le premier tour de l'élection présidentielle en septembre, lors duquel Kaïs Saïed a obtenu 18,4% des voix et Nabil Karoui 15,6%, et des élections législatives il y a une semaine.

    A 7 heures précises, les bureaux de vote ont ouvert en Tunisie. De 24 prétendants au premier tour, il n'en reste plus que deux : Nabil Karoui et Kaïs Saïed. Le taux de participation à ce second tour sera observé de près. En effet, le premier tour de la présidentielle et les législatives ont été marqués par une faible participation - respectivement 48,98% et 41,32% - et de très nombreux votes blancs.

    Juste avant l'ouverture des bureaux, devant l’école 16, dans le centre de la capitale, une poignée seulement d’électeurs attendaient devant les portes du centre de vote avant l'ouverture, rapporte notre envoyée spéciale. Et parmi eux, Hamed, la trentaine, qui dit vouloir voter pour un président qui va lutter contre la corruption.

    Et à ses yeux, c’est l’universitaire Kaïs Saïed qui semble être à même de remplir cette tâche. Comme de nombreux Tunisiens, ce jeune admire la droiture du candidat, son profil d’intellectuel aux mains propres.

    Derrière lui, Hayet, une vieille dame préfère voter pour l’homme d’affaires Nabil Karoui. D’abord, parce qu’elle admire ce personnage. Ensuite, parce que M. Karoui semble s’adresser aux pauvres. « On cherche quelqu’un qui peut nous aider à mieux manger », confie-t-elle.

    Concernant les opérations de vote, qui commencent tout juste dans ce centre, a priori, tout se passe bien. Ici, tout était en place à temps. Les agents électoraux, les urnes et surtout les représentants des partis politiques.

    ► À lire aussi : En Tunisie, le conservateur Saïed face au moderniste Karoui

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.