Seydou Keita : «J’ai la chair de poule en parlant du Mali» - Afrique foot - RFI

 

  1. 05:15 TU Sessions d'information
  2. 05:30 TU Journal
  3. 05:34 TU Sessions d'information
  4. 05:37 TU Grand reportage
  5. 05:57 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:40 TU Sessions d'information
  10. 06:50 TU Sessions d'information
  11. 06:58 TU Sessions d'information
  12. 07:00 TU Journal
  13. 07:15 TU Sessions d'information
  14. 07:30 TU Journal
  15. 07:43 TU Sessions d'information
  16. 08:00 TU Journal
  17. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  18. 08:30 TU Journal
  19. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  20. 09:00 TU Journal
  21. 09:10 TU Priorité santé
  22. 09:30 TU Journal
  23. 09:33 TU Priorité santé
  24. 10:00 TU Journal
  25. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  1. 05:15 TU Sessions d'information
  2. 05:30 TU Sessions d'information
  3. 06:00 TU Journal
  4. 06:15 TU Sessions d'information
  5. 06:30 TU Journal
  6. 06:43 TU Sessions d'information
  7. 07:00 TU Journal
  8. 07:15 TU Sessions d'information
  9. 07:30 TU Sessions d'information
  10. 08:00 TU Journal
  11. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  12. 08:30 TU Journal
  13. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  14. 09:00 TU Journal
  15. 09:10 TU Priorité santé
  16. 09:30 TU Journal
  17. 09:33 TU Priorité santé
  18. 10:00 TU Journal
  19. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  20. 10:30 TU Journal
  21. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  22. 11:00 TU Journal
  23. 11:15 TU Sessions d'information
  24. 11:30 TU Journal
  25. 11:33 TU Sessions d'information
fermer

Afrique foot

CAN 2013 Football Mali Sports

Seydou Keita : «J’ai la chair de poule en parlant du Mali»

media Le Malien Seydou Keita. REUTERS/Siphiwe Sibeko

Seydou Keita était très ému après la qualification du Mali pour les quarts de finale de la CAN 2013. Après le match nul 1-1 face à la RDC, le capitaine des Aigles a insisté sur son plaisir de jouer pour un pays où les gens ont beaucoup souffert ces derniers mois.

 

RFI : Seydou Keita, on a eu l’impression que vous n’avez jamais vraiment été en danger face à la RDC.
Seydou Keita : Je pense que c’est notre meilleur match depuis le début de la compétition. On a été très bons collectivement. On a bien maîtrisé notre sujet, à part cette petite erreur qu’on a faite en début de match. L’équipe est en train de monter en puissance. On est presque dans la même configuration que l’an passé.

Onze années plus tard, vous retrouvez l’équipe d’Afrique du Sud en quarts de finale de la CAN…
Onze années, ça fait beaucoup. Je suis content d’être encore là. Ça prouve que j’ai été régulier sur la durée dans mes performances. Ce ne sera pas facile en tout cas, parce qu’on va jouer contre le pays organisateur. Il y a onze ans, on était dans la position des Sud-Africains (en tant que pays hôte, Ndlr). On sait que disputer une Coupe d’Afrique à domicile, ça créé beaucoup d’ambition, beaucoup de soutien. Ça permet à l’équipe hôte de se surpasser. Mais ça met aussi beaucoup de pression sur les Sud-Africains. Nous, on est une équipe jeune. On a atteint notre premier objectif. Le deuxième, ce sera de franchir les quarts de finale. On n’a pas peur des Sud-Africains. On va jouer notre football comme on l’a fait ce soir.

Cette victoire est un symbole fort en ces temps difficiles pour le Mali.
Notre pays traverse un des moments les plus difficiles de son histoire. Mais le Mali est en train de reconquérir tous ses territoires. Les gens commencent à relever la tête. Cette qualification va donner beaucoup de joie aux gens. Depuis le début de la CAN, même si les gens étaient contents, ils restaient à la maison parce qu’ils ne pouvaient pas sortir. J’ai la chaire de poule, là, en parlant du Mali. Donner de la joie à un pays qui souffre, ça n’a pas de prix.

Il paraît que les joueurs ont décidé de céder une partie de leurs primes. Est-ce que vous confirmez ?
Oui, mais je ne vais pas dévoiler le montant. On a fait l’effort de diminuer nos primes par rapport à la dernière CAN, au Gabon et en Guinée équatoriale. On a fait des efforts sur les primes pour les éliminatoires et pour cette CAN. Il n’y a peut-être que concernant les primes versées en demi-finales où l’on n’est pas totalement d’accord. […] Mais ce n’est pas l’argent qui compte. Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis content d’être là.

Est-ce que vous voulez absolument gagner la CAN avant de prendre votre retraite ?
Quand vous me voyez jouer, est-ce que j’ai l’air d’être vieux ? Je ne pense pas. Je n’ai que 33 ans. Bien sûr que j’ai tout gagné en football. J’ai une seule envie maintenant : donner du plaisir à mon pays. Je prends du plaisir en retour en courant sur le terrain pour mes jeunes partenaires et pour le Mali.

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.