Republier
Guinée Bissau

Le nouvel homme fort de l'armée de Guinée-Bissau se justifie


©

Le nouvel homme fort de l'armée bissau-guinéenne, le général Antonio Indjai, a justifié son coup de force qui l'a mené le 1er avril à renverser le chef d'état-major, le général Zamora Induta, en expliquant que celui-ci menait le pays au « chaos » et gérait l'armée comme « une propriété privée ». Antonio Indjai a envoyé une lettre à la justice bissau-guinéenne pour expliquer son geste, condamné par la communauté internationale.

A en croire Antonio Indjai, le nouvel homme fort de l'armée bissau-guinéenne, le général Zamora Induta se servait dans les caisses de l'armée et gérait l'institution comme sa propre entreprise. Selon Antonio Indjai, Induta conduisait donc le pays au « chaos » et c'est pour cela qu'il l'a renversé début avril.

Mais s'il éprouve aujourd'hui le besoin de se justifier par courrier adressé à la justice bissau-guinéenne, c'est sans doute moins pour édifier la nation que pour contrer les pressions internationales et notamment portugaises. Lisbonne, qui voyait en Zamora Induta un allié fidèle, réclame sa libération et les médias portugais relaient régulièrement les accusations de torture que subirait Zamora Induta entre les mains des soldats du camp de Mansoa.

En arrière-plan, se poursuit une lutte d'influence au plus haut sommet de l'Etat. Carlos Gomes, le Premier ministre, et Malam Bacai Sanha, le président, sont à couteaux tirés.

Carlos Gomes appuyait son autorité sur Zamora Induta et son arrestation l'a considérablement affaibli. Malam Bacai Sanha, quant à lui, se méfie d'une armée qui manifestement ne défend plus que ses intérêts.

Cette armée, désormais aux mains d'un groupe d'officiers proches du redouté Bubu Natchu, est plus que jamais en position de force. Les menaces et les pressions extérieures ont pu empêcher l'élimination physique du Premier ministre, le 1er avril dernier, mais, à Bissau, chacun se demande si ces pressions suffiront à l'avenir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.