Du Niger au Burkina Faso, la promotion de l'histoire des tirailleurs

Burkina Faso.
© © DMPA

Eric Deroo, réalisateur, auteur et chercheur associé au CNRS et le lieutenant-colonel Antoine Champeaux, historien, consultants et associés de RFI dans le dossier consacrés aux tirailleurs coloniaux, ont commencé une tournée de promotion de l'exposition et du film La Force noire auprès du public africain.

Avec le soutien de la direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense (DMPA) et des associations d’anciens combattants français, en particulier de la fédération nationale des anciens d’outre-mer et anciens combattants des troupes de marine et de la fédération nationale André Maginot, ils ont commencé leur périple à Niamey le 15 avril dernier.

Accueillis et accompagnés par l’ambassadeur de France et par le colonel attaché de Défense, ils ont installé et présenté l’exposition pédagogique La Force noire 1857-2007  dans la Maison des anciens combattants. Le vernissage a débuté par la projection du film La Force noire  avant qu’un échange ne permette aux intervenants de répondre aux questions des autorités civiles et militaires présentes, des anciens combattants et du public.

La mission s'est poursuivie par la projection du film Une Histoire en partage au centre culturel franco-nigérien Jean Rouch  à laquelle assistèrent les élèves du prytanée. Le centre accueillera l’exposition pédagogique en mai et juin avant qu’elle ne soit présentée à l’ambassade de France à l’occasion de la Fête nationale, le 14 juillet.

Niger. Face aux lycéens. © © DMPA

La seconde journée du séjour au Niger a été consacrée à la projection des deux films au lycée français La Fontaine, suivie de nombreux débats avec les élèves et leurs enseignants des classes de première et de troisième, ayant précisément l’histoire de la colonisation à leur programme. Ces échanges particulièrement riches ont permis d’apporter une illustration très concrète à cette histoire partagée, souvent méconnue, voire ignorée.

Le capitaine Diallo Amadou Hassane, président de l'association des anciens combattants du Niger, a exprimé le souhait que l’exposition pédagogique et les souvenirs historiques apportés par la délégation française constituent la base d’un futur centre de documentation - musée dédié aux tirailleurs et aux armées du Niger.
 

Burkina Faso. Projection des documentaires. © © DMPA

La mission au Burkina Faso a débuté par la visite du centre culturel des forces armées. Le colonel Zongo, directeur, avait préparé une belle surprise à l’attention de la délégation française avec laquelle il échangeait depuis de nombreux mois par Internet. En effet, il a transformé un ancien bâtiment de stockage en salles de préfiguration du futur musée : s’ouvrant sur une présentation de la symbolique nationale, le parcours muséographique se poursuit par une salle dédiée aux tirailleurs de la force noire, avant que plusieurs alvéoles ne présentent l’histoire des armées depuis 1960.

Par ailleurs, le musée a commencé la collecte et présente les diverses tenues et marques symboliques en usage dans l’armée nationale ainsi que des souvenirs de quelques personnalités qui ont parqué l’histoire du pays. A proximité, le chantier du futur musée est bien avancé : l’inauguration des premières salles est prévue dès cette année, à l’occasion des célébrations du 50e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso.

Le vernissage de l’exposition La Force noire s'est fait en présence des secrétaires généraux des ministères de la Défense et de la Culture, ainsi que de la directrice du patrimoine. Côté français, le colonel attaché de défense et le conseiller de coopération et d’action culturelle ont manifesté un très grand intérêt pour les perspectives de développement rapide des projets mémoriaux et patrimoniaux des forces armées.

En complément des 20 panneaux de l’exposition pédagogique, la délégation a remis au directeur du musée de nombreux souvenirs historiques et documents destinés à enrichir les premières vitrines mises en place dans le musée.

Au Burkina Faso. © © DMPA

La rencontre avec les enseignants et les scolaires a eu lieu sur deux sites : tout d’abord, le lycée français Saint-Exupéry, où tous les élèves de terminale et de troisième ont assisté aux projections des films et échangé avec Eric Deroo et Antoine Champeaux; au prytanée militaire de Kadiogo ensuite, où élèves de terminale et de troisième ainsi qu’une partie de leur encadrement, ont pu à leur tour débattre sur l’histoire coloniale.

Le rappel de l’épopée des tirailleurs africains, mise en perspective dans le cadre du 50e anniversaire des indépendances africaines, fait émerger une véritable dynamique : les actions initiées par la DMPA ont renforcé les démarches entreprises dans ces deux pays et permettent d’envisager un développement de la coopération dans les domaines du patrimoine culturel et de la mémoire partagée.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.