La communauté internationale réclame une enquête indépendante en RDC sur la mort de Floribert Chebeya

Floribert Chebeya, président assassiné de l'ONG des droits de l'homme « La Voix des sans-voix »
© Photo: journalchretien.net

Les appels de la communauté internationale se multiplient pour réclamer à la République démocratique du Congo une enquête « indépendante » sur la mort de Floribert Chebeya, président de l'ONG « La Voix des sans-voix », retrouvé mort dans sa voiture à Kinshasa le 2 juin 2010. Washington réclame « une enquête et une autopsie immédiates et indépendantes sous la supervision de l'ONU, afin de déterminer les causes du décès » qui restent, pour le moment, troubles.

Trois jours après l'assassinat de Floribert Chebeya, aucun élément n'est encore disponible pour savoir dans quelles conditions le défenseur des droits de l'homme a été assassiné. Toutes les voix qui s'élèvent au Congo et dans le reste du monde, s'inquiètent de la façon dont l'enquête risque d'être menée. D’autant, expliquent plusieurs ONG de défense des droits de l'homme, que le président de « La Voix des sans-voix » a disparu après un rendez-vous à l'inspection générale de la police pour y rencontrer l'inspecteur général John Numbi.

Ces circonstances font dire au rapporteur de l'ONU, Philip Alston, qu'il est très vraisemblable qu'il y a eu une participation du gouvernement dans l'affaire, et qu'il n'y a pas de raison de penser que ce sera une véritable enquête. Le 4 juin, « La Voix des sans voix » a déposé une lettre chez le procureur général de la République pour s'opposer à ce que l'autopsie soit conduite par les seules autorités.

L'ONU, ainsi que les Etats-Unis ont proposé leur aide. Pour l'instant, le gouvernement congolais n'a, semble-t-il, pas formulé de demande dans ce sens. Les premières déclarations de la police sont surprenantes. Elles indiquaient que le cadavre de Floribert Chebeya était apparemment sans trace visible de violence. Fait démenti par ceux qui ont identifié le corps. Le visage de Floribert Chebeya présentait des traces de sang dans les narines et la bouche, des gonflements suspects sur le visage et sur le cou.

Les Etats-Unis demandent une enquête sur la mort de Floribert Chebeya

Avec notre correspondante à Washington, Donaig Le Du
Le communiqué du département d’Etat est rédigé en des termes particulièrement fermes. Les Etats-Unis y expriment leur profonde inquiétude après l’assassinat apparent de Floribert Chebeya, et réclament une enquête et une autopsie immédiates et indépendantes, sous la supervision des Nations unies.
Washington rappelle que plusieurs défenseurs des droits de l’Homme ont été tués ces dernières années en République démocratique du Congo, et qu’ils sont particulièrement exposés au harcèlement, aux arrestations arbitraires et aux abus perpétrés par les forces de sécurité.
Le département d’Etat américain dit encore saluer l’engagement pris par les autorités de Kinshasa de mener une enquête approfondie. Les Etats-Unis proposent d’ailleurs leurs services dans ce domaine, Washington affirme être prêt à mettre des experts américains à disposition du Congo pour aider aux besoins de l’enquête.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.