Enorme saisie de cocaïne en Gambie

Les agents gambiens et britanniques ont découvert dans un abri souterrain plus de deux tonnes de cocaïne, le 4 juin 2010.
© Crédits : www.soca.gov.uk

Les autorités de Banjul, avec l'aide des services britanniques, ont arrêté depuis le mois dernier 15 personnes et saisi plus de deux tonnes de cocaïne, selon un communiqué diffusé ce mercredi 9 juin 2010 par l’agence britannique de lutte contre le crime organisé (SOCA). La drogue était en transit sur place avant d'être vraisemblablement renvoyée vers l'Europe où sa valeur sur le marché serait estimée à près d'un milliard de dollars.

Selon les informations fournies par la police gambienne et par l'agence britannique de lutte contre le crime organisé, le démantèlement du réseau a commencé le 12 mai dernier. Informés par des habitants de Bonto, un village situé à une cinquantaine de kilomètres de Banjul, des membres de l'agence antidrogue gambienne ont saisi trois kilos de cocaïne et ont apréhendé12 suspects. Dans ce groupe figurent quatre Nigérians, trois Ghanéens, deux Vénézuéliens et trois Néerlandais, dont le patron d'une société de pêche qui, dans un hôtel délabré d'une petite île, avaient installé leur quartier général avec systèmes de communication et de transport.

Sentant qu'ils étaient sur un gros coup, les Gambiens ont fait alors appel aux services britanniques. Conjointement, les agents des deux pays ont mené leurs investigations et, le 4 juin, ils ont découvert un abri souterrain situé dans un entrepôt. A l'intérieur, plus de deux tonnes de cocaïne qui étaient stockées dans 85 sacs. Sur une photo publiée par le SOCA, certaines briques de drogue sont étonnamment frappées du drapeau français. L'opération a permis également de retrouver 210 000 euros et des quantités d'armes. Mardi 8 juin au soir, trois nouvelles personnes ont été arrêtées, dont deux Gambiens et un Nigérian.

Cette énorme saisie intervient alors que, depuis février, plusieurs personnalités gambiennes ont été arrêtées en raison de liens supposés avec des narcotrafiquants. Parmi elles, l'ancien patron de l'agence nationale gambienne de lutte contre la drogue (NDEA). A la suite de ces arrestations, le président Yahya Jammeh, qui gouverne la Gambie d’une main de fer depuis 1994, a notamment déclaré : « Ceux qui ont des positions élevées dans le domaine de la sécurité ne doivent pas être impliqués dans le trafic de drogue. Je fais serment que ce pays ne sera jamais un narco-Etat ». Plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, dont la Gambie, sont devenus ces dernières années des points de transit importants pour la cocaïne sud-américaine à destination des marchés européens.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.