Arrestation sans mobile officiel de cadres militaires en Guinée


©

Une dizaine de militaires - tous anciens chefs d'état-major de différentes unités sous le régime du capitaine Moussa Dadis Camara - ont été convoqués il y a 48 heures à la gendarmerie de Matam où ils sont toujours retenus.

Quarante-huit heures après leur interpellation, par les nouvelles autorités militaires, les anciens patrons des différents états-majors de l’armée guinéene ne connaissent toujours pas le mobile de leur interpellation.

Le colonel Oumar Saloh ancien chef d’état-major des armées et ses camarades d’infortune dont le colonel Alpha Osmane Diallo ancien chef d’état-major adjoint de la marine, David Haba directeur du cabinet du ministère de la Défense nationale, Osmane Kaba de l’armée de terre sont toujours retenus dans les locaux de l’escadron de gendarmerie de Matam dans la banlieue de Conakry, la capitale.

La question qui circule ce week-end sur toutes les lèvres est de savoir que reproche-t-on à ces hauts cadres de l’armée? En l’absence de toute réponse, la fièvre monte et l’inquiétude grandit dans les différentes familles de ces officiers. Certains accusent le chef d’état-major des armées, le colonel Thiam de régler des comptes.

A deux semaines de l’élection présidentielle la plus ouverte jamais organisée en Guinée, « il est inutile de créer des tensions qui puissent empêcher la tenue de cette élection par des violations des libertés », dit un responsable d’une ONG de défense des droits de l’homme .