Au Mali, la sécheresse tue aussi les éléphants - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Danse des mots

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Burkina Faso Faune Mali

Au Mali, la sécheresse tue aussi les éléphants

media

En raison de la sécheresse et du manque d’eau, au moins vingt et un pachydermes sont morts depuis le 25 mai 2010 dans la réserve de Gourma, située dans une région qui s’étend du nord du Mali au Burkina Faso. Cette information  a été confirmée le 15 juin par une source proche du ministère malien de l’Environnement qui écarte toute idée de braconnage. La réserve de Gourma est réputée être une réserve sûre.

L’agonie des éléphants a duré plusieurs jours. Arrivés devant une mare dans le nord du Mali, les animaux constatent qu’il y a près de 50 000 bêtes sur place, notamment des bovins. Impossible de plonger leur trompe dans l’eau. Alors, ils prennent la direction d’une autre mare. Mais il faut parcourir soixante-dix kilomètres puis quinze autres kilomètres.

Les pachydermes n’ont quasiment plus de force. Huit d’entre eux tombent raides morts. Les autres parviennent miraculeusement à gagner une autre mare. Onze éléphants boivent alors tellement d’eau que quelques instants après, ils rendent l’âme.

La réserve d’éléphants de Gourma qui s’étend du nord du Mali au Burkina Faso, compte environ 350 éléphants. Elle est considérée comme l’une des rares réserves au monde où le braconnage contre ces animaux n’existe quasiment pas. Biramou Sissoko, chef d’un projet pour la protection de la réserve, confirme l’absence de braconnage sur ces terres : « Il n’ y a pas de braconnage contre les éléphants dans le Gourma. Nous avons mis des équipements au niveau des services des eaux et forêts dans la zone d’intervention... Ils disposent de véhicules, ils disposent de téléphones satellitaires... ».

Par ailleurs les populations locales ont formé de très nombreuses brigades de vigilance pour protéger les éléphants.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.