Chasse à la baleine: un «plan de paix» à l'étude à la réunion d'Agadir

Manifestation contre la chasse à la baleine dans la ville de Rome en Italie, le 21 juin 2010.
© Reuters/Remo Casilli

La réunion annuelle de la Commission baleinière internationale, la CBI, a débuté ce lundi 21 juin à Agadir au Maroc avec une proposition de compromis de la part de la présidence de la commission. Cette dernière pourrait revenir sur le moratoire de chasse à la baleine, effectif depuis près de quinze ans.

Depuis 1986 la chasse à la baleine est interdite par la CBI, en dehors de la chasse traditionnelle et de la chasse scientifique, que le Japon utilise comme couverture pour la chasse commerciale en Antarctique. Mais la Norvège, en revanche, qui a rejeté le moratoire, continue à chasser ouvertement pour le commerce.

La Commission baleinière internationale compte actuellement 88 pays divisés en 2 groupes : les pro-chasse, avec le Japon et la Norvège, et les anti-chasse, dont la plupart des pays européens et l’Australie. La présidence de la CBI va donc proposer un compromis qui prendrait en compte tous les types de chasse, dans le but de débloquer la situation entre les 2 groupes. Mais pour les Organisations non gouvernementales qui défendent les baleines, cette proposition fait craindre un retour arrière par rapport au moratoire actuel, comme l’explique Jacky Bonnemains de l’ONG Robin des bois.

Débloquer la situation c’est bien lever le moratoire et trouver de nouvelles astuces pour que la chasse reprenne...

Jacky Bonnemains
21-06-2010

Depuis 2009, environ un millier de baleines ont été tuées par le Japon pour des raisons dites « scientifiques », mais qui ne relèvent pas réellement de la chasse scientifique. En Antarctique, les baleiniers japonais sont des bateaux de 150m de long, chacun accompagné d’une douzaine de « catcheurs », de petits bateaux équipés de harpons et de lances électriques, et d’un bateau usine qui débite la viande de baleine au fur et à mesure, viande rapportée au Japon par bateau pendant toute la saison de chasse.

Face à cette situation, la France soutient la recherche d’un compromis pour sortir de l’impasse. Elle rejette complètement la chasse scientifique, en particulier dans le sanctuaire de l’océan austral, où les baleines se reproduisent, comme l’explique Stéphane Louhaur du ministère des Affaires étrangères. Il représente la France à la CBI et est chargé de négocier le compromis proposé par le président de la commission.

À l’heure actuelle on a bien un moratoire, on a bien un sanctuaire mais ça n’empêche pas la chasse de continuer dans les faits.

Stéphane Louhaur
21-06-2010

La négociation risque donc d’être difficile pendant cette conférence. Il faut notamment tenir compte de l’efficace lobbying des Japonais. Les pays pro-chasse représentent aujourd’hui environ la moitié des participants, et il faut un quorum de 2/3 pour adopter le compromis, ce qui promet des moments de tension : Jacky Bonnemains, de l’ONG Robins des bois.

Nous sommes inquiets de voir ce bloc de pays pro baleiniers rejoint par des pays africains.

Jacky Bonnemains
21-06-2010

Il y a donc lieu de s’inquiéter, car si ce compromis de dix ans est adopté, on peut craindre que ce délai soit mis à profit par les pays pro-chasse, afin de développer des industries cosmétiques ou pharmaceutiques à base de baleine, ce qui ferait entrer beaucoup d’argent dans le jeu, et pourrait au final convaincre la majorité de l’intérêt de chasser la baleine au détriment de la conservation.

Certes, les baleines sont dans l’annexe 1 de la CITES, la convention qui régit le commerce international des espèces protégées, et leur commerce en est donc interdit , mais en dix ans, les pays pro-chasse pourraient aussi user de leur influence pour faire passer les baleines de l’annexe 1 à l’annexe 2, plus permissive.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.