Attentat manqué contre Kayumba: Pretoria accuse «un pays étranger»

Photo du 29 décembre 2000 du Général Faustin Kayumba Nyamwasa.
© AFP/Marco Longari

L'Afrique du Sud semble avoir de nouveaux éléments sur la tentative d'assassinat contre l'ancien chef d'état-major rwandais, Faustin Kayumba Nyamwasa. Le général avait été blessé par balles à l'estomac, le 19 juin 2010, devant son domicile à Johannesburg, où il est réfugié depuis le mois de mars. Le ministère sud-africain des Affaires étrangères accuse « un pays étranger » d'être derrière cette attaque. Un pays avec lequel l'Afrique du Sud « a de bonnes et solides relations diplomatiques », a laissé entendre le directeur général du ministère, sans nommer le pays en question.

Pretoria ne nomme pas explicitement le Rwanda mais les déclarations du directeur général du ministère des Affaires étrangères avaient tout d’une mise en garde ce jeudi matin 1er juillet. Ayanda Ntsaluba a prévenu : « si l’attaque sur le sol sud-africain contre le lieutenant général est un acte politique nous le considérons avec une grande gravité et nous le traiterons comme tel ».

Pretoria accepte dans la pratique que des missions étrangères dépêchent des agents de renseignement déclarés mais « si leur activité est clandestine c’est toute autre chose », a insisté Ayanda Ntsaluba.

Kigali soupçonne le général Faustin Kayumba, présenté comme un rival du président Paul Kagamé, d’avoir participé aux trois attaques à la grenade qui ont fait un mort et une trentaine de blessés dans la capitale rwandaise le 19 février 2010 , mais Kigali dément toute implication dans la tentative d’assassinat visant le lieutenant général rwandais.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.