Au Rwanda, quatre hommes en lice pour la présidentielle


©

Au Rwanda, on connaît désormais la liste des candidats à l'élection présidentielle du 9 août. La commission électorale rwandaise a finalement validé quatre candidatures. Le président Paul Kagame sera ainsi confronté à trois opposants, dont deux anciens ministres, mais le résultat de ce scrutin ne fait guère de doute.

Qui sera le prochain président rwandais ? A cette question, tous les observateurs n'ont aucun doute. Paul Kagame devrait sans le moindre souci se succéder à lui-même. Va-t-il égaler ou dépasser les 95% des suffrages obtenus en 2003 ? Voilà peut-être la seule inconnue de cette présidentielle. Il faut dire que les trois autres candidats ne semblent pas en mesure de menacer sa réélection.

Deux sont directement issus des institutions et de partis qui avaient soutenu le candidat du FPR (Front patriotique rwandais) à la précédente élection. Le vice-président de l'Assemblée nationale et ancien ministre de la Santé, Jean Damascène Ntawu-kuri-ryayo, a été investi par le Parti social-démocrate alors que le vice-président du Sénat et ancien ministre du Commerce, Prosper Higiro, concourt pour le Parti libéral. La troisième personnalité dans la course est une femme, la sénatrice Alvera Muka-baramba défendra les couleurs du Parti du progrès et de la concorde. Déjà candidate en 2003, elle s'était retirée à la veille du scrutin et avait appelé à voter Paul Kagame.

Les opposants plus radicaux telle que Victoire Ingabire ou Bernard Ntaganda, eux, n'ont pas pu se présenter. La première est sous contrôle judiciaire et accuse le pouvoir de lui avoir barré la route, le second est actuellement jugé pour des faits de terrorisme.
Pour Paul Kagame, le danger aujourd'hui ne vient pas des urnes mais plutôt des divisions de l'armée.