Al-Qaïda au Maghreb menace de tuer l'otage français

Le Français Michel Germaneau a été kidnappé au Niger en avril 2010. Son chauffeur vient d'être inculpé pour «complicité d'enlèvement».
© AFP PHOTO / IntelCenter

Al-Qaïda au Maghreb islamique lance, dimanche 11 juillet 2010, un ultimatum aux autorités françaises. Un communiqué repéré par l’organisme américain SITE, spécialisé dans le renseignement. La branche nord-africaine d'al-Qaïda donne à Paris 15 jours à compter du lundi 12 juillet pour négocier la libération du retraité français Michel Germaneau. L’ancien ingénieur avait été enlevé au mois d'avril 2010 dans le Nord Niger et il est actuellement détenu dans le nord du Mali.

Les seules images de Michel Germaneau datent d'il y a deux mois. Dans une vidéo diffusée par ses ravisseurs, il se disait en mauvaise santé. Il se plaignait de la chaleur et demandait des médicaments.

De source proche du dossier, l'ancien ingénieur serait détenu par un certain Taleb Abdelkrim. C'est-à-dire par un groupe différent de celui qui retient deux humanitaires espagnols depuis plus de sept mois dans la même zone.

Juste après l’enlèvement du Français, al-Qaïda au Maghreb islamique avait demandé dans un communiqué, à Paris et à ses alliés de libérer des détenus. Où en est-on des négociations ? Et comment interpréter cet ultimatum lancé ce dimanche ? C’est toute la question.

Ce que l’on sait, c'est que récemment, dans le cas du Français Pierre Camatte, ou dans l'affaire des deux Italiens détenus à la même période, les ultimatums ont été à chaque fois prolongés, jusqu'à la libération des otages.

Dimanche soir, les autorités françaises ont assuré rester mobilisées à Paris et sur le terrain sans en dire plus pour des raisons de sécurité. A l'occasion de cet ultimatum, le quai d'Orsay rappelle une fois de plus que cette région du Sahara est dangereuse et vivement déconseillée aux voyageurs.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.