Republier
Sénégal

Yandé Codou Sène, célèbre griotte du Sénégal, s'est éteinte


©

L’une des grandes voix du Sénégal s’est éteinte. Une diva. La chanteuse Yandé Codou Sène, celle qu’on considère comme la griotte de l’ancien président Léopold Sédar Senghor est décédée à l’âge de 78 ans. Elle était aussi une figure emblématique de la culture sérère, l'une des trois principales communautés du Sénégal.

Yandé Codou Sène... petit extrait chanté
16-10-2013

La chanteuse sénégalaise Yandé Codou Sène, fut la griotte du premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, et une très grande figure de la culture sérère. Elle est décédée jeudi 15 juillet 2010 à l'âge de 78 ans.

 

Yandé Codou Sène, une voix. Une force de caractère. Un chant unique qui perpétuait la tradition des griots sérères, sa communauté d’origine. Sa mère, Amadjiguène était déjà une voix célèbre. Yandé Codou se fait remarquer à l’âge de 15 ans...
C’est une légende de la musique sénégalaise qui disparaît...
16-10-2013 - Par Laurent Correau

Yandé Codou Sène a incarné la chanson traditionnelle sérère, ethnie à laquelle appartenait également Léopold Sédar Senghor. En tant que griotte du président,

Yandé Codou Sène évoque L. S. Senghor
16-10-2013

la cantatrice était la seule à pouvoir interrompre les discours de Senghor afin d'entamer un chant de louange. Elle l’a accompagné partout dans le monde.

Elle continuait, jusqu’à il y a peu, de chanter dans les cérémonies traditionnelles. Connue et admirée de toute une génération d’artistes sénégalais, Yandé Codou Sène a fait l’objet de deux films documentaires retraçant sa vie. Dans le dernier, «Yandé Codou Sène, la griotte de Senghor», d’Angèle Diabang Brener (2008), on découvre la « diva » vivant modestement au milieu de sa nombreuse famille.

Dans la communauté sérère, avec la disparition de Yandé Codou Sène, la fierté a cédé le pas à la tristesse, voire aux regrets. Les explications de Babacar Diouf, secrétaire exécutif de l’ONG «Ndef Leng», qui rassemble les associations culturelles Sérères du Sénégal.

Elle chantait autour des événements qui rythment la vie des Sérères : du baptême à la mort en passant par les rites de la circoncision et du mariage… elle a chanté les louanges des familles et au-delà… les valeurs de l’amitié et de fidélité… dans tous les villages, à la seule évocation de son nom, les gens disaient « ah oui ! Yandé on connaît !!! On pouvait même fredonner ses chansons… » … Aujourd’hui tout le monde se reproche quelque chose parce que nous pensons que nous ne lui avons pas donné tout ce qu’elle nous a offert … elle a vécu modestement. Elle a chanté pour nous mais qui va chanter pour elle ?
«Elle a chanté pour nous mais qui va chanter pour elle ?»
16-10-2013 - Par Laurent Correau

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.