Réfugiés rwandais expulsés d'Ouganda: vive inquiétude de l’ONU

Des réfugiés rwandais en Ouganda sont rapatriés vers le Rwanda.
© AFP/WALTER ASTRADA

Kampala se défend et assure que l'expulsion le 15 juillet 2010 de centaines de demandeurs d'asile rwandais hébergés dans deux camps de réfugiés en Ouganda s'est faite dans le respect des procédures. La brutalité avec laquelle l'opération s'est déroulée a pourtant soulevé l'indignation du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR). Cette opération a fait 2 morts et 25 blessés dont 6 femmes enceintes, et aujourd’hui encore une question demeure : que sont devenus les expulsés ?

Je crois que c'est un acte répréhensible et que toute personne sensée le condamnerait.

Dismas Nkunda directeur de l'Initiative internationale pour les droits des réfugiés
17-07-2010

Beaucoup n’ont rien pu emporter avec eux. Ils sont d'abord passés par un centre de transit au Rwanda, un centre prévu pour 500 personnes maximum. Selon le HCR, les quelque 1 700 Rwandais expulsés manu militari d'Ouganda auraient ensuite été ramenés le 16 juillet dans leurs villages d'origine.

L'agence de l'ONU pour sa part vérifie encore l'information, et tâche de retrouver la trace des expulsés car il y a beaucoup de questions en suspens : que sont devenus ces enfants qui auraient été expulsés sans leurs parents ou inversement ? Qui sont les Rwandais embarqués dans la confusion et la violence sur les camions de l'armée ougandaise à destination du Rwanda ?

L'opération était censée viser les demandeurs d'asile dont les dossiers avaient été rejetés, mais d'après le HCR, des réfugiés reconnus comme tels ont aussi été emmenés.

L'Ouganda tente depuis plus d'un an de vider ses camps de réfugiés rwandais. Ils sont des milliers à avoir franchi la frontière en 1960, en 1994, ou ces dernières années.

Depuis le début 2010, pas moins de 3 300 Rwandais ont déposé des demandes d'asile en Ouganda. En 2009, on a enregistré 4 500 demandes pour toute l'année.

D'après le HCR, la quasi-totalité des nouvelles demandes d’asile, ces six derniers mois, ont été rejetées, mais l'agence onusienne reproche aux autorités ougandaises de ne pas traiter les dossiers correctement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.