Rwanda : début de la campagne pour une présidentielle sans grand suspense - Afrique - RFI

 

  1. 21:00 TU Journal
  2. 21:10 TU Accents d'Europe
  3. 21:30 TU Journal
  4. 21:33 TU Danse des mots
  5. 22:00 TU Sessions d'information
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Autour de la question
  9. 23:30 TU Journal
  10. 23:33 TU Autour de la question
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Accents d'Europe
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Danse des mots
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Autour de la question
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:00 TU Journal
  2. 21:10 TU Radio foot internationale
  3. 21:30 TU Journal
  4. 21:33 TU Radio foot internationale
  5. 22:00 TU Sessions d'information
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Rwanda

Rwanda : début de la campagne pour une présidentielle sans grand suspense

media

Au Rwanda, c’est le coup d'envoi ce mardi 20 juillet 2010 de la campagne pour l'élection présidentielle du 9 août 2010. Un lancement dans un climat tendu après une série d'attentats, d'assassinats, et d'arrestations. Et pour inaugurer cette nouvelle campagne, le président rwandais Paul Kagamé, tient son premier meeting à la mi-journée. Un scrutin sans grand suspense, en effet le chef de l’État actuel n’a pas aujourd’hui d’adversaire en mesure d’empêcher sa réélection.

Il n'y a pas de compétition, on se moque de l'intelligence des gens, c'est de l'hypocrisie...
Faustin Twagiramungu du Mouvement démocratique républicain 16/10/2013 - par Michel Arseneault écouter

Le FPR dit disposer d'environs deux millions de dollars pour financer la campagne du président Paul Kagamé. Et selon lui, ce sont les partisans qui ont mis la main à la poche. Les adversaires du chef de l'État, eux, envisagent des prêts bancaires.

Ils sont trois : Jean-Damascène Ntawukuriryayo, le vice-président de l'Assemblée nationale et l’ex ministre de la Santé, Prosper Higiro, vice-président du Sénat, ex ministre du Commerce et enfin une femme Alvera Mukabaramba. Tous ont un discours semblable à celui du FPR, et tous l'avaient soutenu lors du dernier scrutin. Alvera Mukabaramba s'était même retirée à la veille de l'élection pour appeler à voter Kagamé.

Bref le président sortant peut espérer réitérer le score sans appel de 2003 quand il avait obtenu 95% des voix. D'autant que les trois formations d'opposition apparues ces derniers mois ne seront pas dans la course. Deux n'ont pas encore obtenu leur enregistrement par le pouvoir. Le Parti Vert, dont le vice-président a été retrouvé décapité la semaine dernière. Et les Forces Démocratiques Unifiées (FDU).

Victoire Ingabiré, la présidente des FDU, est à Kigali sous contrôle judiciaire depuis son inculpation pour négation du génocide et complicité de terrorisme. Ces mêmes accusations ont valu à Bernard Ntaganda, le leader du 3ème parti d'opposition, le PS Imberakuri, d'être, lui, emprisonné il y a bientôt un mois.

Le climat dans cette campagne électorale est très tendu ; à la fois les médias et les opposants politiques n'ont pas l'espace pour s'exprimer librement.
Erwin Van Borght, d'Amnesty international 16/10/2013 - par Ghislaine Dupont écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.