Republier
France

Décès de Guy Penne, ancien « Monsieur Afrique » de François Mitterrand


©

Le « Monsieur Afrique » de François Mitterrand n’est plus. Guy Penne est décédé le 25 juillet 2010 à l’âge de 85 ans, des suites d’un accident vasculaire cérébral. L’ancien sénateur socialiste a conseillé le président Mitterrand sur les questions africaines de 1981 à 1986. Jusqu’à la fin de sa vie, il a gardé la confiance de nombreux chefs d’Etat du continent africain.

Lorsque François Mitterrand le nomme, en 1981, conseiller pour les Affaires africaines et malgaches, Guy Penne a une consigne : maintenir des rapports personnalisés avec les dirigeants africains. Une tradition installée par la droite, et que le président Mitterrand compte bien pérenniser. Et c’est ce qu’il fera, à ce poste de conseiller jusqu’en 1986. Oreille attentive des chefs d’Etat du continent, il permet au président français de se rapprocher de ceux qui comptent dans le « pré carré français » : le Gabonais Omar Bongo, ou encore le Tchadien Hissène Habré.

Devenu sénateur socialiste représentant les Français vivant hors de France, poste qu’il occupera jusqu’en 2004, Guy Penne gardera des liens solides avec de nombreux leaders du continent, à commencer par le président camerounais Paul Biya. Il aime aussi le Burkina Faso. En 2005, il accepte d’ailleurs, à la demande du chef de l’Etat, Blaise Compaoré, de devenir le président de l’Association amitié France-Burkina Faso.

Homme d’influence donc, franc-maçon comme beaucoup de chefs d’Etat africains, Guy Penne, que certains surnommaient « le Foccart de gauche », continuera d’être consulté jusqu’à la fin de sa vie.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.