Bénin : 50 ans d’indépendance… politique - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Autour de la question

 

  1. 14:33 TU Autour de la question
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Radio foot internationale
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Radio foot internationale
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Sessions d'information
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Sessions d'information
  10. 16:40 TU Accents d'Europe
  11. 17:00 TU Journal
  12. 17:10 TU Décryptage
  13. 17:30 TU Journal
  14. 17:33 TU Sessions d'information
  15. 17:40 TU Débat du jour
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Grand reportage
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU La bande passante
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU La bande passante
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Couleurs tropicales
  25. 20:30 TU Journal
  1. 14:33 TU Autour de la question
  2. 15:00 TU Journal
  3. 15:10 TU Radio foot internationale
  4. 15:30 TU Journal
  5. 15:33 TU Radio foot internationale
  6. 16:00 TU Journal
  7. 16:10 TU Sessions d'information
  8. 16:30 TU Journal
  9. 16:33 TU Sessions d'information
  10. 16:40 TU Accents d'Europe
  11. 17:00 TU Journal
  12. 17:10 TU La bande passante
  13. 17:30 TU Journal
  14. 17:33 TU Sessions d'information
  15. 17:40 TU La bande passante
  16. 18:00 TU Journal
  17. 18:10 TU Grand reportage
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU Décryptage
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU Débat du jour
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Couleurs tropicales
  25. 20:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Anniversaire des indépendances africaines Bénin

Bénin : 50 ans d’indépendance… politique

media

La République du Bénin fête en grande pompe, le 1er août à Porto Novo, la capitale, le cinquantième anniversaire de son accession à l’indépendance. Née Dahomey cette république s’est rebaptisée Bénin, précédé à un moment, du qualificatif populaire pour bien marquer sa période révolutionnaire en rupture avec son passé. Son histoire est un mélange de prestige et de désordre politique qui à l’arrivée ne distinguent pas ce pays, autrefois appelé quartier latin de l’Afrique, des autres Etats africains.

La fastueuse célébration du cinquantenaire de l’indépendance n’est pas à l’image de la réussite du pays. Constitué autour du royaume du Dahomey (Dan-Homè), ce petit pays n’a jamais pu se défaire de son passé esclavagiste qu’il traîne comme un boulet. Le nouvel ordre colonial français vécu par les citoyens de cet espace comme une échappatoire avait fourni aux bourreaux et aux victimes de bonnes raisons d’occulter le passé en succombant aux sirènes de l’inconnu. L’instruction y a trouvé son compte.

En effet, ce petit pays a fourni à l’administration coloniale la petite main serviable et de nombreux cadres dans tous les pays constituant l’ancienne Afrique occidentale française, AOF. Ils étaient enseignants, fonctionnaires, cadres médicaux… Et, la perspective de l’autonomie des territoires augurait d’un avenir brillant pour ce pays qui faisait de son armée d’intellectuels une force de décollage sans risque. Mais très vite, ce qui apparaissait comme une chance a été une force bruyante et dispersée ; comme dans une cour de récréation avec des enfants qui s’amusent à se faire peur. « Des intellectuels tarés », disait le général président Mathieu Kérékou qui n’était pas lui non plus exempt de tout reproche, lui qui avait installé un pouvoir autoritaire de 17 ans (1972-1989). Une dictature marxiste-léniniste qui a conduit le pays à la ruine.

La refondation

Les militaires qui avaient pris le pouvoir en 1972 voulaient en finir avec l’instabilité politique et les coups d’Etat dont le Dahomey s’était fait une spécialité. Toutes les combinaisons politiques de l’histoire de la République en France ont été testées en moins de douze années d’indépendance. Même si les officiers dahoméens avaient pris exemple sur son coup d’Etat, Napoléon Bonaparte se serait certainement étonné du montage, qui, à l’inverse de lui, instaurait un Directoire militaire en décembre 1969 au Dahomey. Contrairement au Directoire en France (26 octobre 1795 - 9 novembre 1799) où l’exécutif est exercé par un collège de 5 directeurs et où chaque année le Conseil des anciens désignait un chef, (présidence tournante), le directoire militaire dahoméen, lui, confiait ce fonctionnement aux anciens leaders politiques dans un Conseil présidentiel. L’échec de toutes ces expériences politiques a conduit le Dahomey sur la voie de la révolution, tout à rebrousse poils de l’expérience française.

Dès octobre 1972, le pays s’est engagé dans une refondation totale jusqu’au changement de nom, le Bénin, en 1975, seul héritage politique de cette période que les Forces vives de la nation, appelées à la rescousse en 1989, ont gardé. Le marxisme-léninisme, adopté en 1974, a été jeté aux orties, oublié très vite comme un mauvais rêve. C’est du Bénin qu’est parti le « vent du renouveau démocratique » en Afrique qui a progressivement mis fin aux régimes de parti unique. Les conférences nationales censées mettre fin aux dictatures y ont vu le jour. La petite expérience démocratique de ce pays qui a connu la cohabitation et l’alternance politique est souvent citée en exemple.

La politique sans l'économie

Aux montages politiques s’étaient adonnés les Béninois au détriment des vraies questions de développement. Producteurs d’huile de palme, par exemple, référencé au début des années 60 en Afrique, le Bénin est tombé dans les abîmes du classement mondial. A titre de comparaison, la Malaisie et l’Indonésie qui n’étaient que de modestes producteurs dans les années 60-70 occupent aujourd’hui les premières places reléguant les pays africains à des distances respectables : plus de 19 millions de tonnes pour l’Indonésie en 2008 contre quelque 910 000 tonnes pour le Nigéria, premier producteur africain. Cet exemple est à l’image de la réussite du secteur industriel.

Même si dans la plupart des pays africains on se réjouit de fêter 50 années d’indépendance, force est de constater qu’en matière de développement, le chantier est encore loin d’être entamé. Les voies de communications laissent encore à désirer. Au Bénin, l’unique chemin de fer censé se prolonger jusqu’au Niger enclavé, ne fonctionne quasiment plus. Il date de l’ère coloniale. Les délestages et autres coupures d’eau font partie du folklore local et en rajoutent aux approximations qui font le lit à la débrouillardise généralisée.

Heureusement que, face au « rien n’est fait » reste une lueur d’espoir pour le « tout est à faire ». Croire en l’avenir est encore ce que les politiques vendent de mieux.

________

Et aussi : le blog de la Caravane du cinquantenaire Tour du Bénin en 50 jours

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.