Republier
Kenya

La nouvelle Constitution au Kenya en passe d'être adoptée

Le dépouillement des urnes du référendum au Kenya le 5 août 2010. Les résultats provisoires montrent une tendance à un «oui» franc et massif.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Les premières estimations provisoires donnent une large victoire du «oui» au référendum du 4 août sur l'adoption d'une nouvelle Constitution au Kenya. Plus de 3,3 millions d'électeurs, soit 66,3% des votants, ont dit «oui» au projet de nouvelle Constitution, selon des résultats portant sur environ 5 millions de suffrages.Le scrutin s’est déroulé sous haute sécurité, surtout dans la vallée du Rift, là où les violences avaient été les plus graves en 2008, après la présidentielle. L’inconnue demeure la réaction lors de l'annonce officielle des résultats attendus le 5 août.

Les leaders des deux camps l’ont répété ces derniers jours, les Kenyans devront accepter les résultats quelle que soit l’issue du scrutin. John employé dans le secteur du tourisme s’estime confiant sur les jours prochains : «Je pense que pour les deux camps, celui qui perdra acceptera la défaite. »

Le scrutin s’est passé de manière extrêmement pacifique…Si violence il y a, ce ne sera certainement pas maintenant. Mais pour l’instant, rien ne laisse le présager.

Dominique Connan, observateur pour l'Institut français de recherches africaines à Nairobi.
05-08-2010

Ruben a suivi le scrutin et le dépouillement à Kibéra, bastion de Raul Odinga qui a appelé à voter oui. Il est représentant du camp du non, mais il ne s’est à aucun moment senti menacé : « Bien sûr je ressens une pression, mais j’ai confiance, car le gouvernement nous a promis la sécurité. Je ne ressens pas de tension particulière, ça va. »

Le son de cloche n’est pas tout à fait le même dans la vallée du Rift. A une soixantaine de km à l’ouest de Nairobi, une quarantaine de familles vivent depuis deux ans dans un camp de déplacés à l’exemple d’Alice, 34 ans : « J’ai l’impression que la violence peut surgir car le oui est plus fort que le non. Et si c’est le non qui passe, je me demande ce qui va arriver. »

Un autre réfugié âgé de 44 ans craint toujours de retourner sur sa terre et se souvient comment ses voisins ont brûlé sa ferme : « Ils peuvent tous nous tuer. Je ne peux pas revenir. Vous ne pouvez pas remettre votre main dans le feu après qu’elle ait brûlé. »

Si aucun incident n’a été rapporté durant le vote, tout comme en 2007, l’annonce des résultats pourrait provoquer des violences localisées dans la vallée du Rift selon certains observateurs.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.