La présidentielle ivoirienne fixée au 31 octobre

Guillaume Soro et Laurent Gbagbo arrivent au Conseil des ministres à Yamoussoukro, le 5 août 2010.
© AFP / I. Sanogo

La date de la prochaine élection présidentielle, sans cesse reportée depuis cinq ans, a été fixée pour le 31 octobre 2010, comme le proposait la Commission électorale indépendante. L'annonce a été faite par le Premier ministre Guillaume Soro ce jeudi 5 août, à l'issue d'un Conseil des ministres à Yamoussoukro.

Le suspens n’aura pas duré plus de vingt-quatre heures. Le 31 octobre serait, semble-t-il, le jour propice pour la tenue d’un scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire.

Nous devons faire en sorte que les conditions les meilleures soient réunies pour avoir des élections transparentes et libres

Alphonse Djédjé Mady
05-08-2010

Au lendemain de l’annonce faite par la Commission électorale indépendante fixant le mois d’octobre pour les élections, la CEI n’avait donné aucune précision concernant une date, indiquant simplement que de nombreuses conditions restaient à remplir.

Après que nous aurons terminé le contentieux, nous pensons pouvoir déboucher sur une liste électorale fiable

Gervais Coulibaly
05-08-2010

Plusieurs sources proches du milieu politique ivoirien pronostiquaient déjà que le Conseil des ministres, se tenant exceptionnellement aujourd’hui à Yamoussoukro, ferait plus qu’aborder la question de la date des élections.

Aussitôt prédit, aussitôt annoncé par le Premier ministre, Guillaume Soro, à la sortie du Conseil des ministres. Il semblerait que la date ait été fixée hier soir lors d’une rencontre entre le président Laurent Gbagbo, le président de la Commission électorale Youssouf Bakayoko et le Premier ministre.

A la veille des festivités du cinquantenaire, le feuilleton politique ivoirien offre une semaine pleine de rebondissements. Cependant, ce n’est pas une première dans l’annonce des dates et bien des questions dans le processus d’organisation des élections sont encore à réglées.

Le processus d'«encasernement» va se poursuivre à Korogho et dans les autres villes de manière simultanée, pour que tout puisse se terminer à une date précise, bien avant les élections.

Afoussi Bamba
05-08-2010
Le pouvoir ivoirien demande le désarmement complet des anciens rebelles avant les élections du 31 octobre. Selon Afoussi Bamba, porte-parole des Forces Nouvelles, le processus sera terminé à temps si le pouvoir tient ses engagements financiers.Au micro de Sébastien Németh.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.