Afrique du Sud : écrivains et journalistes se mobilisent contre un projet de loi menaçant la liberté de la presse


©

Lundi dernier 19 août 2010, les journalistes sud-africains ont commencé à dénoncer une volonté d'entraver la liberté de la presse de la part des autorités. Le gouvernement songe à l'adoption d'une loi sur la protection de l'information et sur la création d'un tribunal d'appel des médias. Les membres de cet organisme de supervision des médias seraient nommés par le gouvernement. Accusé de nombreuses affaires de corruption avant son élection en avril 2009, le président Jacob Zuma n'avait guère apprécié les révélations de certains journaux nationaux. Et plusieurs titres et organisations le soupçonnent désormais de vouloir bâillonner les médias indépendants. Ce samedi 21 août 2010, les écrivains sud-africains ont rejoint le mouvement de protestation.

Ce samedi, c'est au tour des grands noms de la littérature sud-africaine de rejoindre le concert des protestations. Nadine Gordimer, André Brink ou encore Breyten Breytenbach dénoncent le projet de loi. Pour eux, la liberté d'expression est en danger. La plupart de ces écrivains étaient interdits de publication sous le régime d'apartheid. Maintenant, ils disent se sentir à nouveau menacés.

Un médiateur volontaire est chargé de régler les litiges

Cette semaine, l'association sud-africaine des chefs d'entreprise s'est aussi opposée à la création d'un tribunal d'appel de la presse. Selon les grands patrons, un contrôle trop étroit des médias n'amène rien de bon pour une jeune démocratie et pour la première économie du continent. Ils souhaitent simplement que le système d'autorégulation des médias fonctionne bien. Actuellement, c'est un médiateur volontaire qui est chargé de régler les litiges.

Sur la scène internationale, on s'inquiète aussi d'une possible dérive du pouvoir qui voudrait museler les journalistes. Les Etats-Unis ont critiqué l'ANC. Mercredi, l'ambassadeur américain à Pretoria a demandé au parti de respecter ses engagements pris en 1994 et de garder son esprit d'ouverture.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.