La lutte contre la piraterie au menu de la réunion de la SADC à Maputo

La piraterie sera au coeur des débats de la SADC pour cette 16e réunion du Comité maritime permanent des marines de guerre. Ici, des pirates somaliens au large des côtes du Kenya, le 15 avril 2009.
© Reuters

Les responsables de la Marine de guerre des pays membres de la SADC, la Communauté de développement des pays de l'Afrique australe, se réunissent mercredi 25 août à Maputo. Cette rencontre se tient jusqu'au vendredi 27 août, dans le cadre de la 16e réunion du Comité maritime permanent des marines de guerre de la SADC. Il y sera notamment question du problème de la piraterie.

Il s’agit de renforcer la sécurité maritime des pays de la SADC. Selon le porte-parole de l’événement, le capitaine de frégate, l’organisation a de nouveaux défis à relever : la piraterie en premier lieu, mais aussi la contrebande ou encore le pillage des ressources maritimes. L’objectif est donc de créer une force régionale avec une action et des projets communs.

Le problème n’est pas nouveau. Déjà en juillet dernier lors d’une réunion de la SADC, les ministres de l’Intérieur et de la Défense avaient tiré la sonnette d’alarme. Un récent rapport de l’organisation maritime internationale a montré l’augmentation de la piraterie l’année dernière. Les attaques en Afrique ont plus que doublé, passant de 111 en 2008 à 217 pour le seul premier semestre 2009.

Mais les pirates ont également étendu leur zone d’action. Venus essentiellement de Somalie, ils sévissent maintenant au large des côtes de la Tanzanie, des Seychelles et de Madagascar, trois pays qui font partie de la communauté de développement de l’Afrique australe.

Pour les Etats de la SADC, il y a un gros manque à gagner. Ces attaques de pirates nuisent notamment aux activités touristiques.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.