60 000 vierges défilent devant le roi du Swaziland


©

Dans la dernière monarchie absolue d'Afrique, des milliers de vierges ont dansé ce lundi 30 août 2010 pour la traditionnelle cérémonie des roseaux. Chaque année, dans le village de la reine mère, des jeunes filles venues de tout le royaume du Swaziland se rassemblent pour célébrer leur virginité.

Cette cérémonie des roseaux est l'une des coutumes les plus importantes du pays. Créée dans les années 1940, du temps où le Swaziland était un protectorat britannique, elle attire maintenant de plus en plus d'étrangers, ce qui n'est pas sans susciter des critiques dans ce petit pays enclavé entre l’Afrique du Sud et le Mozambique. Les touristes sont notamment accusés de prendre des photos des jeunes filles dénudées. Certains craignent que l'événement attire des touristes sexuels dans ce pays où 26% de la population est infectée par le sida.

Cette année, il y avait près de 60 000 vierges, selon les chiffres officiels. Elles ont défilé à moitié nues devant tous les dignitaires du royaume, notamment le roi Mswati III, mais aussi devant le président Robert Mugabe du Zimbabwe et le chef d’Etat du Malawi Bingu wa Mutharika, président en exercice de l’Union africaine. Seules les jeunes filles sans enfant ni mari peuvent célébrer l’umhlanga, ou la cérémonie des roseaux. Pendant une semaine, les participantes, âgées de 8 à 22 ans, se sont retrouvées dans la Vallée du Ciel (Ezulwini).

Pendant sept jours, elles ont accompli différents rituels et ont notamment coupé des roseaux. Ce lundi 30 août, pour le dernier jour de ce grand rassemblement, les vierges ont dansé et chanté, les hautes branches attachées à leur taille. Il s’agit de remettre ces plantes à la reine mère pour l’honorer et de rebâtir ainsi, symboliquement, la Résidence royale.

Mais depuis quelques années, cette danse est aussi devenue l’occasion pour le roi de se choisir, éventuellement, une nouvelle femme. Selon la tradition, aucune fille ne peut refuser la demande en mariage du monarque.

Mswati III, le souverain polygame, né en 1968, compte déjà quatorze épouses. Il aurait donc pu en trouver une quinzième. Son père, Shobuza II, lui, avait laissé à sa mort, en 1982, plus de 60 veuves et 200 enfants.