Republier
Kenya

Au Kenya, le recensement du bidonville de Kibera crée la surprise


©

Kibera, l’immense bidonville de Nairobi au Kenya est considéré comme l’un des plus grands bidonvilles d’Afrique. En réalité il ne compte que 170 000 personnes. C’est ce que révèlent les chiffres du nouveau recensement publiés fin août 2010. Et c’est beaucoup moins que les estimations qui faisaient état d’un million d’habitants.  

« C’est la fin d’un gros mensonge, un mythe s’effondre », écrit un journaliste du quotidien Daily Nation. Selon le recensement national publié fin août, Kibera est certes le plus grand bidonville de Nairobi, mais il ne compte que 170 000 personnes.

Or depuis plusieurs années, Kibera est qualifié d’un des plus grands bidonvilles au monde ou le second plus grand bidonville après Soweto, en Afrique du Sud, sur le continent. Les chiffres qui sont habituellement avancés tournent entre un demi-million, un million et parfois plus.

En réalité, avant le recensement il n’existait que des estimations, notamment données par le gouvernement kenyan et l’agence UN-Habitat. Et ces estimations étaient fondées sur des analyses de photos aériennes, mais aucun calcul précis n’avait été rendu public.

Certains projets comme Map Kibera visant à cartographier le bidonville depuis plusieurs mois et certaines ONG ont déclaré à plusieurs reprises que la population pouvait difficilement dépasser les 200 000 personnes.

Mais ces voix n’ont pas réussi à mettre fin à une image qui colle à la peau de ce bidonville visité par de nombreuses personnalités : Barack Obama en 2006, Ban Ki-moon ou encore Hillary Clinton.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.