Somalie : l’aéroport de Mogadiscio visé par un attentat-suicide

Un soldat du gouvernement inspecte le lieu de l'attaque suicide des shebab à l'aéroport de Mogadiscio, le 9 septembre 2010.
© Photo: Feisal Omar / Reuters

Une dizaine de personnes ont été tuées le 9 septembre à l'aéroport de Mogadiscio dans un attentat-suicide des shebab. L’attaque a coûté la vie à 2 soldats de l’Amisom, 3 civils ainsi qu’aux 5 kamikazes. L'attentat est survenu alors que les représentants politiques notamment de l'ONU, attendaient de s'envoler après une brève visite au président Cheikh Charif Cheikh Ahmed.

Un premier véhicule a explosé à la barrière principale de l’aéroport, gardée par les soldats de l’Amisom, la force de l'Union africaine. Puis, selon un communiqué du ministre somalien de l’Information, quatre hommes sont entrés et ont commencé à tirer. Ils se sont fait exploser au niveau du deuxième barrage de sécurité, sans avoir pu approcher le terminal de l’aéroport.

 Au même moment, à l’intérieur, le représentant spécial des Nations unies pour la Somalie, Augustine Mahiga, le représentant pour la Somalie de l’Union africaine Boubacar Diarra et d’autres officiels notamment de l’Igad (Autorité intergouvernementale pour le développement), attendaient de prendre leur avion pour retourner à Nairobi, après avoir rencontré le président somalien, Charif Cheikh Ahmed, afin notamment de discuter de la crise qui sévit au sein du gouvernement de transition.

Depuis quelque temps, les divisions entre le Premier ministre, qui est pour la deuxième fois menacé d’une motion de censure, le président, et le speaker du Parlement affaiblissent un gouvernement qui a déjà perdu une grande partie de sa crédibilité. Cette attaque suicide survient alors que les combats n’ont pas cessé dans plusieurs zones de la capitale, notamment dans les quartiers de Howlwadag, Hodan, et autour du vieux port.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.