L’Afrique créancière du monde développé


© www.gfip.org/

Les économies africaines apportent plus de ressources à l’économie mondiale qu’elles n’en reçoivent au titre de l’aide internationale. C’est la conclusion explosive d’un rapport que vient de publier le « think tank » américain, Global Financial Integrity.

La somme est plus que rondelette. Au cours des quarante dernières années, les flux financiers illicites partant d’Afrique vers les pays développés ont atteint les 1 600 milliards de dollars. La somme est d’autant plus impressionnante que les experts de GFI excluent de leurs estimations et analyses tout ce qui procède de la corruption, des détournements de fonds, du trafic de drogue ou de la contrefaçon. Ils ne s’intéressent qu’aux recettes tirées de l’économie formelle, officielle et à tout ce qui ressemble à de l’évasion fiscale.

Ces recettes qui échappent aux économies africaines représentent 60 à 65% de l’ensemble des flux illicites. C’est donc énorme. Les mécanismes mis en œuvre et dénoncés sont très simples. Il suffit de surestimer la valeur des importations en Afrique et de sous-estimer celle des exportations.

Le Nigeria principale victime

Tous les pays africains sont concernés par cette gigantesque évasion de capitaux. Ceux d’Afrique sub-saharienne au premier chef avec en particulier le Nigéria, de loin la première victime de ce phénomène. Les responsables ne sont pas seulement les grandes compagnies minières ou pétrolières étrangères qui sont installées dans les pays africains. Même si, par exemple au Mozambique, l’économiste Carlos Castel-Branco dénonce le traitement de faveur accordé à ces multinationales qui ne payent pas de taxes sur les minerais qu’elles exploitent.

Mais les investisseurs africains sont directement mis en cause par les experts du « think tank » américain GFI. Ces investisseurs préfèrent en effet placer leurs avoirs sur les grandes places financières internationales ou dans des banques offshore que dans leurs propres pays. GFI estime ainsi que le total des capitaux et des investissements réalisés dépasse le total de la dette extérieure de la région. L’Afrique investit donc plus à l’étranger qu’elle n’emprunte, faisant du continent le plus pauvre de la planète un créditeur net et non un débiteur.

La responsabilité des gouvernements africains

Le défaut de vigilance des gouvernements africains est aussi pointé du doigt. Car ces flux n’ont fait que grossir au fil des années. Au début des années 70, ils ne représentaient que 2% du Produit National Brut (PNB) de la région. En 1987, c’était 11% du PNB. Vingt ans plus tard, en 2008, les flux commerciaux illicites avaient un peu décliné mais ils représentaient quand même 7% de la richesse annuelle produite en Afrique.
Global Financial Integrity insiste sur le besoin de réformes économiques et de meilleure gouvernance. Sans elles, il sera impossible de maîtriser la situation. Ainsi, alors qu’entre 2000 et 2010, l’Afrique sub-saharienne a enregistré sa période de plus forte croissance économique, les flux illicites ont aussi augmenté plus vite qu’ils ne le faisaient précédemment.

Les auteurs du rapport voient dans cette fuite exorbitante de capitaux l’une des principales raisons à l’inefficacité de l’aide internationale dans la lutte contre la pauvreté en Afrique. « Tant que cette hémorragie ne sera pas endiguée, concluent-ils, l’Afrique ne s’en sortira pas ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.