Sénégal : huit ans après le naufrage du Joola, les familles des victimes dénoncent un statu quo judiciaire

Monument commémorant le naufrage du Joola, à Ziguinchor au Sénégal, le 22 septembre 2002.
© Wikipedia

Les familles des victimes du naufrage du ferry sénégalais Le Joola, qui avait fait au moins 1 863 morts en 2002 au large de la Gambie, commémorent ce dimanche 26 septembre 2010 au Sénégal le 8e anniversaire de la catastrophe, en dénonçant « l'abandon des orphelins ». Dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002, le bateau surchargé chavirait au large de la Gambie, alors qu'il reliait Ziguinchor à Dakar. On ne comptait que 64 rescapés.

... Huit ans, c’est peu pour estomper un cauchemar qui me réveille toutes les nuits, qui vous réveille certainement vous aussi toutes les nuits, huit ans de souffrance et de lutte contre un ennemi commun et sournois, l’oubli, l’abandon, la banalisation...
La cérémonie du souvenir dans le cimetière Saint-Lazare de Bethanie à Dakar - Reportage
16-10-2013 - Par Bineta Diagne

Huit ans après le naufrage du Joola, les familles des victimes tirent un bilan mitigé sur le plan judiciaire. « Rien n’avance, c’est le statu quo », regrette Idrissa Diallo, présidente du collectif de coordination des familles de victimes du Joola.

Peu après le naufrage en 2002, l’Etat sénégalais limogeait des hauts-gradés de l’armée et des ministres. Mais dès 2003, la justice sénégalaise a classé le dossier.

Le 12 septembre 2008, un juge français a lancé un mandat d’arrêt international contre neuf responsables civils et militaires sénégalais.

Le renflouement du ferry

Un an plus tard, la cour d’appel de Paris a annulé deux mandats qui visaient l’ex-Premier ministre Mame Madior Boye, et l’ex-ministre des Forces armées, Youba Sambou. Reste donc sept mandats d’arrêt pour lesquels la justice n’a pas encore tranché.

Pour accomplir un devoir de mémoire, les familles des victimes demandent toujours le renflouement du ferry, qui contiendrait, selon elles, un millier de corps. Elles souhaitent aussi la création d'un mémorial-musée à Dakar.

A ce jour, seule l’indemnisation des familles de victimes a été versée. Selon le Comité d’initiative pour le mémorial-musée, 75 à 80 % des familles ont été dédommagées à raison de dix millions de francs CFA par victime, soit environ 15 000 euros.