Relaxe pour deux Algériens convertis au christianisme

Les Algériens Salem Fellah (G) et Hocine Hocini (C) devant le tribunal, avant l'annonce de leur relaxe dans la ville berbère de Aïn El Hamam à l'est de l'Algérie, le 5 octobre 2010.
© Zohra Bensemra/ Reuters

Les deux ouvriers algériens convertis au christianisme et interpellés durant le ramadan pour n'avoir pas respecté le jeûne ont été relaxés mardi 5 octobre 2010 en première instance par un tribunal de Kabylie. Le juge a estimé qu'aucun article ne prévoit de poursuites dans un tel cas de non-jeûne. Ces deux ouvriers ont été arrêtés alors qu’ils mangeaient, sur leur lieu de travail, à l'abri des regards de leurs collègues, selon leur avocat. Le procureur avait requis 3 ans de prison ferme lors de la comparution le 21 septembre 2010.

L'affaire des deux ouvriers chrétiens accusés d'avoir cassé le jeûne durant le ramadan, a suscité une réelle émotion en Algérie. Le 21 septembre 2010, lors de la comparution des deux chrétiens devant le tribunal d'Aïn El Hammam, la population locale s'est indignée d’un tel procès, la presse en a parlé, des pétitions de soutien ont circulé, le tout, coordonné par SOS Liberté, un collectif très mobilisé depuis plusieurs années sur ces questions de liberté de pensée et de croyance.

A l'extérieur du pays, une dizaine de parlementaires européens conduits par José Bové ont signé une délibération pour dénoncer une accusation qualifiée « d'inique ». Et c'est peut-être bien cette mobilisation pacifique qui aura incité les juges à relaxer les deux hommes. C'est en tout cas le sentiment de plusieurs défenseurs des droits de l'homme algériens qui se réjouissent du verdict tout en restant très vigilants.

Pour SOS Liberté, on assiste en Algérie à une nouvelle escalade d'intolérance religieuse sous couverture officielle. « Cette relaxe est la simple reconnaissance de la liberté de culte, explique un membre de ce collectif. C'est l'interpellation et l'inculpation de ces deux chrétiens qui sont inacceptables ».

Deux autres affaires similaires sont attendues devant la justice algérienne dans les prochaines semaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.