Rwanda : nouvelle arrestation de l'opposante Victoire Ngabire


©

Victoire Ingabire, présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU) a été arrêtée le 14 octobre 2010, et détenue dans un commissariat de Kigali, au motif d'organisation d'un groupe terroriste. Selon le porte-parole de la police, cette arrestation intervient à la suite de « révélations » faites par un ancien officier des ex-Forces armées rwandaises (FAR) arrêté le même jour à la frontière entre le Rwanda et la RDC. Il aurait désigné l’opposante comme soutien dans la mise en place de la branche armée des Forces démocratiques unifiées (FDU). Il s’agit d’un « montage des autorités », dénoncent ses partisans.

L'opposante rentrée d'exil n'en finit décidément pas avec les tracasseries policières. Victoire Ingabire a déjà été arrêtée une première fois le 21 avril dernier. Mais elle s'en était sortie avec une remise en liberté sous contrôle judiciaire, avec interdiction de quitter Kigali.

Elle a ensuite tenté en vain de se présenter à l'élection présidentielle du 9 août. Mais son parti n'a jamais été reconnu par les autorités. Dénonçant une mascarade d'élection à laquelle le président Paul Kagamé a été réélu avec 93 % des voix, elle avait alors appelé les bailleurs de fonds du Rwanda à ignorer les résultats.

Cette arrestation, assurent ses proches, est donc clairement destinée à la faire taire. Joint par RFI, le porte-parole de la police affirme qu'elle a été arrêtée pour « organisation d'un groupe terroriste », à la suite de « révélations » faites par un ancien officier des ex-Forces armées rwandaises.

Des accusations rejetées par le FDU

Ce dernier, arrêté à la frontière entre le Rwanda et la République démocratique du Congo mercredi 14 octobre, aurait affirmé qu'il bénéficiait « du concours de Victoire Ingabire dans la mise en place de la branche armée de son parti des FDU, les Forces Démocratiques Unifiées ». Ces accusations ont immédiatement été rejetées par le porte-parole de ces FDU qui, lui, dénonce plutôt un montage des autorités de Kigali.

Après un interrogatoire dans les locaux de la police criminelle, l’opposante et l'ancien officier, toujours selon le porte-parole de la police, sont actuellement détenus dans un commissariat de Kigali en attendant d'être remis au parquet.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.