Nigeria : Charles Okah, frère de l’ex-chef du Mend arrêté à Lagos

Une carcasse de voiture calcinée après le double attentat à Abuja, le 1er octobre 2010
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Au lendemain d'un communiqué de presse du Mend avertissant d'une attaque « imminente » sur Abuja, Charles Okah, le frère de l'ancien dirigeant du Mouvement pour la libération du Delta du Niger (Mend) a été arrêté le 16 octobre à son domicile à Lagos. Une nouvelle arrestation dans le cadre de l'enquête sur le double attentat qui a fait 12 morts dans la capitale fédérale, le 1er octobre, jour de la célébration de l'indépendance, attentat que les autorités imputent à Henry Okah, l'ancien chef du Mend, détenu en Afrique du Sud.

Pour les services de renseignement nigérians, Charles Okah, le jeune frère d’Henry Okah est suspecté d’être le porte-parole du Mend, le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger. Selon les autorités, les investigations auraient montré qu’il serait l’auteur des communiqués de presse envoyés sous le pseudonyme de Jomo Gbomo.

Jusque-là, Charles Okah n’a pourtant jamais été inquiété pour de présumées relations avec le groupe armé. Employé dans le secteur pétrolier à Lagos, il avait fait parler de lui en 2008, en menant campagne pour la libération de son frère Henry, alors détenu par les autorités nigérianes.

Sur le site en ligne du quotidien Next, les lecteurs s’étonnent d’ailleurs de cette arrestation. Est-ce qu’il suffit de s’appeler Okah pour être désigné coupable, s’interrogent certains internautes ? C’est une affaire bizarre a également concédé à RFI une source proche des dossiers du Mend. On a l’impression que les autorités désespèrent de trouver un coupable, a-t-il indiqué. Le temps presse, le Nigeria est en campagne électorale, et il faut montrer qu’elles «font leur boulot».

Vendredi 15 octobre, la veille de l’arrestation de Charles Okah, un communiqué signé Jomo Gbomo, affirmait qu’une nouvelle attaque à Abuja était « imminente ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.