Afrique du Sud : baisse de tension entre gouvernement et patrons de presse sur le tribunal des médias


©

Les tensions s’apaisent quelque peu entre le gouvernement sud-africain et les médias. Les patrons de presse ont rencontré les 16 et 17 octobre 2010 des représentants du gouvernement, dont le vice-président Khalema Mothlante, pour évoquer la création d’un tribunal des médias.

 

La presse a pu commencer la semaine en se félicitant de la rencontre entre le forum national des rédacteurs en chef et le gouvernement. Une rencontre qualifiée de franche, parfois rude mais salutaire.

Cela faisait des mois que les relations entre les médias et le pouvoir étaient tendues, à cause principalement de ce projet de tribunal des médias pour juger les dérives supposées de la presse écrite. Une atteinte à la liberté d’expression pour les journalistes, mais aussi pour une grande partie des intellectuels du pays et pour des grandes associations internationales de défense des droits de l’homme.

Ce week-end, le vice-président sud-africain a su trouver des mots apaisants après des mois d’incompréhension. Khalema Mothlante estime que la presse pourrait régler ses problèmes d’elle-même, et que dans ce cas, un tribunal ne serait pas nécessaire.

En ce moment, la presse écrite passe en revue ses organes de régulation, ce pourrait être l’occasion pour elle de répondre à certaines des inquiétudes du gouvernement.

Le tribunal des médias, qui n’est aujourd’hui encore qu’un projet de l’ANC, n’aurait alors pas besoin de voir le jour.