Republier
RDC Rwanda

Le Rwanda et la RDC s'entendent pour neutraliser les groupes rebelles armés


©

Le ministre rwandais de la Défense James Kabarebe a quitté Kinshasa le 18 octobre 2010 après deux jours de rencontre avec son homologue congolais Charles Mwando Nsimba. Au menu des discussions, la stratégie de lutte contre les FDLR, les rebelles rwandais qui terrorisent encore les villages de l’est du Congo.

C’est la première fois que James Kabarebe est revenu à Kinshasa depuis le temps où il était chef d’état-major de l’armée congolaise, sous Laurent Désiré Kabila en 1997/1998.  A l’époque, ils venaient de renverser ensemble le régime Mobutu. Ensuite il avait repris le même poste mais dans l’armée rwandaise cette fois en guerre contre Kabila père, puis fils.

Aujourd’hui ministre de la Défense du Rwanda désormais réconcilié avec le Congo, il est revenu pour parler de la lutte contre un ennemi commun : les FDLR, Forces démocratiques de libération du Rwanda, -groupe issu des anciens génocidaires rwandais qui écume l’est du Congo-, et auxquelles se sont alliés récemment des guerriers congolais Maï-Maï de la région de Walikalé au Nord-Kivu.

Dans un communiqué commun, les ministres de la Défense des deux pays ont salué les avancées dans la neutralisation des groupes armés. Mais sans fournir de bilan chiffré. Côté congolais, on persiste à nier une participation des troupes rwandaises aux opérations, mais on dit travailler de concert avec les Rwandais. Une prochaine rencontre est prévue à Kigali les 12 et 13 novembre.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.