En Guinée, l'incertitude demeure sur un possible report du second tour de la présidentielle


©

Le nouveau président de la Commission électorale en Guinée, le général malien Siaka Toumani Sangaré, a mené jeudi 21 octobre 2010 des consultations au sujet d'un éventuel report du second tour de l’élection présidentielle prévu dimanche 24 octobre, tandis que les deux candidats poursuivaient leur campagne. Le président de la Céni doit poursuivre ses entretiens vendredi.

Le général Sangaré a terminé vers 18h (heure locale) une première série de consultations. Il est ensuite reparti travailler à la Céni, la Commission électorale, et a indiqué à RFI qu’il ne rencontrerait les deux candidats du second tour, Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé que ce vendredi 22 octobre, dans la matinée.

Le nouveau président de la Céni a d’abord fait le point avec les membres de la commission électorale sur l’état des préparatifs du second tour. Une séance de travail qui a duré trois heures. Il a ensuite rencontré le Premier ministre, Jean-Marie Doré, qui lui a demandé d’organiser un scrutin suffisamment transparent pour que les résultats soient reconnus par tous.

Pas encore de report du second tour

Rejoindre le siège du CNT (Conseil national de la transition) où se sont poursuivis les entretiens n’a pas été chose aisée. Le 4x4 du président de la Céni a dû se frayer un chemin dans les bouchons du quartier de Kaloum. Les véhicules ont traversé des zones où dansaient les sympathisants d’Alpha Condé. Ils ont également croisé des groupes de militants de Cellou Dalein Diallo venus assister au meeting qui a eu lieu dans l’après-midi.

Au siège du CNT, le général Sangaré a rencontré la présidente de l’institution, Rabiatou Serah Diallo, qui lui a fait part de ses inquiétudes par rapport à l’échéance du second tour. « Est-ce qu’à ce jour nous pouvons tenir la date du 24 octobre ? », s’est interrogée Rabiatou Serah Diallo qui a également insisté sur la nécessité de réussir ce vote. Le dernier entretien de la journée a eu lieu avec le comité de suivi.

A la sortie de chacune de ces rencontres, le général Sangaré est resté silencieux sur la question du maintien ou du report du second tour. Il attend la fin des consultations pour se prononcer.