La compagnie pétrolière Total fait son entrée en Côte d'Ivoire

Le groupe Total vient de conclure un accord avec l’architecte et homme d’affaires Pierre Fakhoury.
© AFP

En Côte d’Ivoire, c’est confirmé, le groupe pétrolier français Total va faire son entrée dans le pays. Le groupe a conclu un accord avec l’architecte et homme d’affaires Pierre Fakhoury pour prendre une participation majoritaire dans un champ pétrolifère très prometteur. C’est la première fois que Total investit en exploration production en Côte d’Ivoire.

C’est un gisement plein de promesses que Total s’apprête à explorer et, si tout va bien, à exploiter en Côte d’Ivoire. Situé à une centaine de kilomètres au large des côtes ivoiriennes, « le bloc CI 100 », c’est son nom de code, est situé dans une zone de grandes profondeurs. Par au moins 2 500 mètres de fond, les premières études sismiques ont décelé du pétrole, beaucoup de pétrole. Un milliard de barils de réserves estimé, dit-on.

A quelques encablures, les eaux territoriales ghanéennes. Et là, c’est prouvé, il y a bien un gisement de grande importance. Voilà pourquoi le français Total a décidé d’acheter 55% du bloc CI 100, la société ivoirienne Petroci en prenant 22% et le groupe Yam’s Petroleum de Pierre Fakhoury en conservant 23%.

C’est en tout cas une première pour Total, dont la seule présence en Côte d’Ivoire se limitait à ses activités de distribution via un réseau de stations service très prisées des Ivoiriens. C’est également la première fois qu’une major de cette importance s’implante en Côte d’Ivoire. Le groupe a été préféré à ses concurrents BP, Shell ENI et autre Lukoil.

Entre 2011 et 2012, Total pourrait investir entre quelque 250 millions de dollars dans des études sismiques complémentaires et des travaux de recherche prospection et forage pour confirmer que ce bloc a de grandes potentialités.