Agathe Habyarimana obtient un réexamen de sa demande de titre de séjour en France

Me Philippe Meilhac, avocat d'Agathe Habyarimana.
© AFP/Jack Guez

La veuve de l'ancien président rwandais, Agathe Habyarimana a obtenu ce mardi 2 novembre 2010, de la justice française un nouvel examen de sa demande de titre de séjour, qui lui avait été refusée en juillet dernier par la préfecture de l'Essonne. Agée de 67 ans Agathe Habyarimana est installé en France depuis une quinzaine d'année. Poursuivie au Rwanda pour génocide et crimes contre l'humanité, la veuve de l'ancien président Juvénal Habyarimana craint pour sa sécurité si elle devait, un jour, retourner à Kigali.

Le tribunal administratif de Versailles a sèchement renvoyé le préfet de l'Essonne à ses obligations : délivrer un titre de séjour à Agathe Habyarimana. Car l'arrêté préfectoral obligeant la veuve de l'ancien président rwandais à quitter le territoire était entaché d'irrégularités. Balayé également, l'argument selon lequel Agathe Habyarimana constituait une menace à l'ordre public. Droit et arrière-pensées politiques, souligne Philippe Meilhac son avocat, ne font indéniablement pas bon ménage.

« La décision du tribunal revient à considérer que la situation de Madame Habyarimana en France est parfaitement connue de tous et ne peut pas justifier autre chose qu’un titre de séjour », explique Me Meilhac et il ajoute : « Malheureusement on a constaté que le préfet de l’Essonne faisait un "traitement de défaveur" pour des raisons que nous pouvons peut-être deviner et qui ont une connotation forcément politique ».

Si sur le plan administratif la situation d'Agathe Habyarimana s'éclaircit donc, au niveau pénal en revanche, sa position est plus délicate. Elle est accusée par les autorités rwandaises de génocide et crimes contre l'humanité et Kigali demande toujours son extradition. Placée sous contrôle judiciaire, Agathe Habyarimana doit prochainement comparaître devant la Cour d'appel de Paris chargée de statuer sur la demande du Rwanda.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.