Des Somaliens jugés aux Etats-Unis pour piraterie

Le navire militaire américain «USS Nicholas».
© AFP / US navy

C’est un fait rare : le procès de cinq Somaliens s'est ouvert mercredi 10 novembre 2010 aux Etats-Unis. Ils sont accusés de piraterie contre un navire militaire américain, l'USS Nicholas, en mars dernier au large des Seychelles.

Le procès se déroule en Virginie, dans la base militaire de Norfolk et il devrait durer trois semaines. Les cinq prévenus affirment n'être que de simples pêcheurs « pris dans cette histoire » par erreur. Pourtant, ils risquent la prison à vie.

Selon l'acte d'inculpation, ces cinq hommes étaient à bord d'un bateau adapté à la haute mer, tractant deux embarcations plus petites. Ils étaient armés, notamment de lance-roquettes, et auraient tiré par erreur sur le navire militaire américain, l'USS Nicholas.

Mais pour la défense, les hommes ont tiré pour attirer l'attention : en danger, ils demandaient en effet de l'aide. Les militaires américains ont alors cru qu'ils tiraient sur eux.

Les Etats-Unis jugent très rarement des suspects de piraterie sur leur propre sol. La plupart sont remis aux autorités locales notamment au gouvernement du Kenya avec lequel les Etats-Unis ont un accord. En avril dernier, un jeune Somalien, capturé par la marine américaine dans l'océan Indien, était jugé à New York. C'était alors le premier procès pour piraterie aux Etats-Unis depuis 1861.

Prochainement en Allemagne, dix autres Somaliens seront jugés pour le même motif. Il s’agira du premier procès du genre depuis le XVIIe siècle. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.