En Somalie, le couple britannique kidnappé il y a un an recouvre sa liberté

Cette capture d'écran de la BBC datée du 21 novembre 2009, montre les époux Chandler, aujourd'hui libérés.
© AFP PHOTO/Leon Neal

Paul et Rachel Chandler, un couple de retraités britanniques, enlevés il y a plus d’un an au large des Seychelles à bord de leur voilier par des pirates somaliens, ont été libérés ce dimanche 14 novembre 2010. Les pirates les ont remis aux forces du gouvernement auto-proclamé de la région autonome de Himan et Heeb. Le couple s'est déclaré fatigué mais heureux. 

Le couple a été remis aux autorités locales à Adado, une ville proche de la frontière avec l’Ethiopie. Depuis plusieurs jours, des rumeurs faisait état de leur prochaine libération. C’est à la fin d’octobre 2009 qu’ils avaient été pris en otage, alors qu’ils naviguaient sur leur yacht entre les Seychelles et la Tanzanie. Les forces navales britanniques qui patrouillaient dans l’océan Indien avaient récupéré leur bateau, mais avaient été les spectateurs impuissants de leur transfert par les pirates en Somalie.

Dans un premier temps, le couple a été conduit à Harardéré, puis changé de lieu à plusieurs reprises, mais surtout, détenu séparément pendant de longs mois. Ce couple marié depuis 30 ans, sans enfants, n’avait jamais connu de séparation de plus de quelques jours. Et cette détention solitaire était, pour eux, une vraie souffrance. C’est en tout cas ce qu’ils ont déclaré au cours de la seule interview télévisée donnée à un journaliste somalien travaillant pour une chaîne britannique en mai dernier. Ils expliquaient avoir été frappés une fois, lorsque les pirates avaient voulu les séparer. Le couple priait le nouveau Premier ministre David Cameron, nouvellement élu, de les faire libérer.

Le gouvernement britannique a toujours répondu que leur politique était de ne pas payer de rançon. A la mi-juin, une rançon de plusieurs centaines de milliers de dollars qui avait été rassemblée par les amis, la famille des Chandler et des membres de la diaspora somalienne, avait été payée. Mais cette somme n’avait pas pu atterrir dans de bonnes mains. Depuis lors, le couple était resté en détention.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.