Maroc : manifestation gigantesque pour revendiquer la «marocanité» du Sahara occidental

Manifestation à Casablanca le 28 novembre 2010
© REUTERS/

Au Maroc, le Sahara occidental continue de faire parler de lui. Ils étaient 2,5 millions selon la police, 3 millions, selon les organisateurs à descendre dans la rue à Casablanca le 28 novembre à l’appel des partis politique. Une mobilisation gigantesque pour revendiquer la marocanité de ce territoire dont le statut n’est toujours pas défini par le droit à international. Un territoire annexé par le royaume en 1975 et dont depuis il se dispute la souveraineté avec le front indépendantiste du Polisario.

«Sahara, Sahara tu es le nôtre » scandent ces manifestants. Un appel aussitôt repris par leurs enfants. Petits drapeaux marocains et portraits du roi à la main, des objets distribués par les organisateurs toute la matinée. Ils étaient plusieurs milliers, 2,5 millions  selon la police à défiler pour « un Sahara marocain et toujours marocain» !

Officiellement il s’agissait de protester contre la demande du Parlement européen d’ouvrir une enquête indépendante à El-Ayoun, cette ville du Sahara occidental où police et manifestants se sont affrontés violemment début novembre. Mais en réalité, la plupart ont défilé pour revendiquer la «marocanité» de ce territoire contesté. Comme Elwa Sizora, casquette bleue et tee-shirt bleu, venue avec 400 personnes de sa ville à 150 km de là en minibus spécialement affrêtés :

«Je suis venue pour la cause marocaine, pour  le Sahara parce que le Sahara est marocain et restera toujours marocain». Menacé, ce territoire. « Non, pour Elwa. Ce n'est pas une menace pour nous. C'est plutôt pour prouver que les Espagnols, les Algériens ne réussiront jamais. On est là pour notre royaume».

Le message est clair, et il était le même partout. Depuis trois jours, tous les partis politiques au pouvoir et dans l’opposition avaient appelé à manifester. Des sms avaient même étés envoyés.Toute la matinée, les trains étaient gratuits et des bus mis à disposition. Au final la mobilisation aura été à la hauteur de l’enjeu pour le Maroc, convaincre la communauté internationale que le Sahara occidental est bien marocain

Convaincre puisque depuis 35 ans les Nations unies n’ont pas tranché le statut de ce territoire annexé par le royaume marocain en 1975 et dont depuis il se dispute la souveraineté avec le front indépendantiste du Polisario. Mercredi, le ministre marocain des Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri, doit se rendre à Strasbourg justement au Parlement européen pour évoquer la question.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.