Republier
Centrafrique

Centrafrique : Bozizé réhabilite l’ex-empereur Bokassa

L'empereur centrafricain Jean-Bedel Bokassa lors de son autoproclamation, à Bangui, le 4 décembre 1977.
© AFP/Pierre Guillaud

La République centrafricaine a célébré ce mercredi 1er décembre 2010 le cinquantenaire de son indépendance. L’occasion, pour le président François Bozizé de distribuer des distinctions, notamment à son épouse et aux épouses de trois anciens présidents. En revanche, les épouses de son prédécesseur Ange-Félix Patassé n’ont pas eu droit à la « médaille de la reconnaissance centrafricaine », même à titre posthume. L’occasion aussi, de réhabiliter totalement l’ex-empereur Jean Bedel Bokassa.

Présidents-Tirailleurs
Bokassa Ier (au centre), ancien tirailleur de l'armée française. (Cliquer pour accéder à la page)

Quatorze ans après sa mort, l’ex-président et empereur centrafricain a été « réhabilité dans tous ses droits ». Dans l’entourage du président François Bozizé, on explique qu’il s’agit d’une juste reconnaissance des services rendus au pays par Jean Bedel Bokassa. En référence, notamment, à certains édifices construits sous ses douze ans de pouvoir présidentiel et deux ans de règne impérial.

La réhabilitation de Bokassa ne choque pas certains dirigeants de l’opposition qui estiment qu’il est temps de tourner la page, tout en regardant l’histoire centrafricaine en face. Le dirigeant Bokassa ayant marqué au fer rouge son pays, en éliminant des militaires, des cadres, mais surtout pour avoir ordonné le massacre d’une centaine d’écoliers à Bangui en 1979, ce qui a d’ailleurs contribué à accélérer sa chute.

A l’approche de la présidentielle, l’opposant Martin Ziguélé soupçonne une démarche électoraliste de François Bozizé. Un clin d’œil en direction des Centrafricains originaires de la région de Bokassa et des anciens présidents Boganda et Dacko : la Lobaye. Une région qui vivote, malgré les promesses de développement faites par Bozizé en 2005.

De leur côté, les familles victimes de Bokassa sont scandalisées par sa réhabilitation. Elles promettent de continuer leur quête pour être indemnisées.

Ça nous pose des problèmes que l'ex-empereur retrouve ses droits, nous qui avons vécu ce moment douloureux.

Henri Dondra
02-12-2010
La République centrafricaine a célébré hier, 1er décembre 2010, le cinquantenaire de son indépendance. L'occasion pour le président François Bozizé de distribuer des distinctions, notamment à son épouse et aux épouses de trois anciens présidents. Les épouses de son prédécesseur Ange-Félix Patassé n'ont pas eu droit à la « médaille de la reconnaissance centrafricaine », même à titre posthume. L'occasion aussi, de réhabiliter totalement l’ex-empereur Jean-Bedel Bokassa, un empereur qui a ordonné le massacre d’une centaine d'écoliers en 1979 à Bangui. Mais leurs familles n’oublient pas.

Il y a cinquante ans, les indépendances africaines

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.