Le Conseil constitutionnel proclame la victoire de Laurent Gbagbo à la présidentielle ivoirienne


©

Le président sortant Laurent Gbagbo a été proclamé vainqueur du second tour de la présidentielle ivoirienne, ce vendredi 3 décembre 2010, par le président du Conseil constitutionnel. L'institution invalide les résultats provisoires de la CEI qui donnaient Alassane Ouattara vainqueur. Le Conseil constitutionnel crédite Laurent Gbagbo de 51% des voix.

Avec notre correspondant à Abidjan,
 
C’est d’une voix grave et ferme que le président du Conseil constitutionnel Paul Yao N’Dré, depuis une salle du Conseil à Abidjan, a proclamé les résultats définitifs de l’élection présidentielle ivoirienne.
 
Des résultats qu’il a livrés région par région, après avoir annoncé les invalidations de vote dans plusieurs départements du nord du pays (Bouaké, Khorogo, Ferkessedougou, Katiola, Boundiali, Dabakala et Seguéla) pour diverses « irrégularités flagrantes, a-t-il dit, de nature à entacher la sincérité du scrutin ».
 
Le total des résultats retenus donne 51,45 % des suffrages exprimés à Laurent Gbagbo, contre 48,55 % pour Alassane Ouattara. Le taux de participation livré par le Conseil constitutionnel est de 71,28 %, soit 3 993 209 suffrages exprimés.
Laurent Gbagbo a obtenu, après les annulations annoncées par le Conseil constitutionnel, 2 054 537 voix, et Alassane Ouattara 1 938 672 voix. 

Sur foi de quoi, « Monsieur Gbagbo Laurent est proclamé Président de la République de Côte d’Ivoire », a déclaré solennellement le président du Conseil constitutionnel. La veille, le Président de la CEI Youssouf Bakayoko avait, à l’inverse, proclamé les résultats provisoires donnant la victoire d’Alassane Ouattara avec 54,1 % des voix.


Avant la proclamation des résultats définitifs, un porte-parole d'Alassane Ouattara
avait mis en garde contre un « putsch » de Laurent Gbagbo et rejeté par avance les annonces du Conseil.

On attend maintenant la réaction du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU à Abidjan, Yong Jin Choi, qui de tenir une conférence de presse, ce vendredi en fin de journée. Sa réaction est très attendue, car le représentant de l'ONU a pour mandat de certifier le processus électoral.  En début de semaine, M.Choi avait estimé qu'en « dépit des incidents parfois violents signalés dans l'ouest et le nord du pays », le second tour s'était tenu « globalement dans un climat démocratique ». 

L'Union africaine, pour sa part, a déjà réagi à l'annonce de la victoire de Laurent Gbagbo.  L'UA se déclare profondément préoccupée par la tournure des événements en soulignant qu'il est impératif de respecter la volonté du peuple et le résultat de l'élection présidentielle.

En raison de l’affluence exceptionnelle des réactions et des propos virulents contenus dans nombre d’entre elles, RFI a décidé de fermer provisoirement les commentaires à cet article.