Côte d'Ivoire : un pays, deux présidents, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara

Alassane Ouattara (G) et Laurent Gbagbo (D) ont tous deux prêté serment comme président de la Côte d'Ivoire.
© Montage RFI / Pierre Moussart

Le président sortant Laurent Gbagbo, dont la réélection est vivement contestée par l'opposition, l'ONU et la communauté internationale, a prêté serment samedi 4 décembre 2010 à la tête de la Côte d'Ivoire. Un peu plus tard dans l'après-midi, Alassane Ouattara a peu après essayé de prêter serment par courrier comme président de la Côte d'Ivoire. La communauté internationale est très inquiète de la situation.

C'est dans la salle des pas perdus du palais présidentiel que Laurent Gbagbo a prêté serment devant les membres du Conseil constitutionnel. « Devant le peuple souverain de Côte d'Ivoire, je jure solennellement et sur l'honneur de respecter et de défendre fidèlement la Constitution, de protéger les droits et libertés des citoyens, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans l'intérêt supérieur de la Nation », a-t-il déclaré.

« Que le peuple me retire sa confiance et que je subisse la rigueur des lois si je trahis mon serment », a-t-il ajouté, lors d'une cérémonie devant une très nombreuse assistance, où l'on comptait les ambassadeurs de pays africains alliés comme l'Angola et l'Afrique du Sud ainsi que du Liban.

Laurent Gbagbo sur le respect de la loi
04-12-2010

Laurent Gbagbo a ensuite entamé un long discours, en se présentant d'abord en garant de la légalité. « Il n'y pas d'Etat fort sans loi, sans procédures » , a-t-il martelé. « Il n'y a de République forte que assise sur les règles de la loi. (...) Toutes les crises que nous avons connues sont nées du non respect de la loi ».

Sur la crise au sein de la CEI, Laurent Gbagbo a assuré qu'elle « a été bloquée car, dit-il, nous avons transféré dans la Commission électorale les débats politiciens du dehors » . Avant d'ajouter : « La CEI ne proclame pas les résultats des élections, elle donne les résultats qu'elle a acquis au plan provisoire. (...) Dans une république, c'est seulement une juridiction qui peut conférer aux résultats l'autorité de la chose jugée ».

« Le jour où un pays perd sa souveraineté, il perd tout et devient un vassal »

Laurent Gbagbo s'adresse à Alassane Ouattara
04-12-2010

Faisant référence à la reconnaissance par l'ONU de la victoire de son adversaire Alassane Ouattara, dont l'élection est reconnue par la plus grande partie de la Communauté internationale, Laurent Gbagbo a dénoncé « des cas graves d'ingérence (…) L’organisation et la proclamation des résultats d’une élection fait partie de la gestion souveraine d’un pays » , a-t-il affirmé. « Le jour où un pays perd sa souveraineté, il perd tout et devient un vassal ».

Laurent Gbagbo s'en est ensuite pris, sans le nommer, à son adversaire Alassane Ouattara : « J’appelle les Ivoiriens à se ressaisir et n’a pas compter sur autrui pour venir les faire roi. Celui qui te fait roi a toujours un droit sur ton siège ».

Il a enfin laissé entendre que son adversaire a élaboré une stratégie avec des complicités extérieures, qu’il a résumé par cette phrase : « Débrouille-toi , fais tout pour être élu et ensuite on te reconnais ».

Ouattara «prête serment» par courrier

Après Laurent Gbagbo c'est Alassane Ouattara qui a  prêté serment lui aussi symboliquement dans un contexte tout à fait inédit. Une « prestation » de serment par écrit. Alassane Ouattara, donné vainqueur de la présidentielle par la Commission électorale et reconnu par la communauté internationale a envoyé dans l’après-midi du samedi 4 décembre par courrier sa lettre de prestation de serment au président du Conseil constitutionnel « en tant que président élu ».

Alassane Ouattara sur la sécurité de la population ivoirienne
04-12-2010

Dans ce courrier dont nous avons pu avoir connaissance, Alassane Ouattara explique que les circonstances exceptionnelles que vit la Côte d'Ivoire, ne lui permettent pas de prêter serment en personne devant le Conseil constitutionnel. Il demande donc au Conseil de prendre acte de ce serment et d'en tirer toutes les conséquences de droit.

Par ailleurs, Alassane Ouattara, dans une lettre manuscrite, jure solennellement et sur l'honneur de respecter et de défendre la Constitution.

Le Premier ministre Guillaume Soro a, par ailleurs, remis sa démission à Alassane Ouattara, qui l'a reconduit dans ses fonctions. Une courte cérémonie d'intronisation du « Président élu» et de son « Premier ministre » a eu lieu en milieu d'après-midi à l'hôtel du Golf, quartier général du RHDP, en présence d'invités, dont, rapporte Libération,  le commandant Wattao, l'un des chefs des Forces nouvelles (ex-rebelles).

RFI sur les ondes courtes

Pour nos auditeurs ivoiriens qui ne peuvent plus nous écouter en modulation de fréquence vous pouvez, si vous disposez d'un poste à ondes courtes, nous écouter dans la bande des 31 mètres sur 9.790 kilohertzs entre 6H et 7H TU /// 18 H et 21 H TU.

Dans la bande des 49 mètres, sur 5925 kilohertz entre 6 H et 7H TU.
Dans la bande des 25 mètres entre 7 H et 8H TU et enfin dans la bande des 19 mètres, sur 15 300 kilohertzs entre 8H et 11H30 TU et de 12H a 17 H TU.

Notre dossier spécial : les défis de Ouattara

En raison de l’affluence exceptionnelle des réactions et des propos virulents contenus dans nombre d’entre elles, RFI a décidé de fermer provisoirement les commentaires à cet article.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.