Peines avec sursis pour quatre Algériens convertis au christianisme


© RFI

Le tribunal de Larbaâ Nath Irathen (département de Tizi Ouzou) a finalement prononcé une peine presque symbolique contre quatre Algériens, poursuivis notamment pour ouverture illégale d’un lieu de culte, alors que le procureur avait requis une année de prison.

Trois accusés ont écopé de 2 mois de prison avec sursis pour le chef d’inculpation «d’ouverture de lieu de culte sans autorisation de la Commission nationale des cultes autre que musulman». Le quatrième accusé, poursuivi pour le même motif et pour «avoir hébergé sans autorisation un pasteur étranger venu donner une conférence devant les membres de la communauté chrétienne de cette région», a écopé de trois mois de prison avec sursis et 10 000 dinars d’amende. Les quatre vont faire appel.

Soutenus par leurs proches et les militants des droits de l’homme, les accusés ont dès le départ plaidé la relaxe devant ce tribunal correctionnel de Larbaa Nath Irathen. Du côté du ministère public, on avait requis une année de prison au lieu de trois ce qui présageait d’un verdict d’apaisement. Accusées par des Ong de porter atteinte à la liberté de culte, les autorités veulent vraisemblablement montrer que ce n’est pas leur intention, celle-ci étant juste d’appliquer la loi de mars 2006 sur l’exercice des cultes autres que musulman. Cette loi avait été adoptée pour contrer une vague de prosélytisme évangélique constatée à travers plusieurs régions du pays.

Concernant les évangéliques, l'archevêque d'Alger, Mgr Ghaleb Bader, «reconnaît que leur prosélytisme fait du bruit en Algérie et que ce phénomène durcit les fronts et suscite de la méfiance dont l’Eglise catholique est aussi victime». Mais, souligne-t-il, «il y a du respect à notre égard de la part des autorités».
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.