Centrafrique : décès de l’ex-Premier ministre et opposant Timothée Malendoma


©

Le général Timothée Malendoma est décédé le 12 décembre à l’hôpital général de Bangui où il avait été admis depuis deux semaines. Dernier officier survivant du coup d'Etat de la Saint-Sylvestre qui avait porté au pouvoir Jean-Bedel Bokassa en 1965, ex-Premier ministre du président kolingba, il était devenu au fil des ans l'éternel opposant. Depuis un an, il dirigeait la coalition des partis de l'opposition centrafricaine, le collectif des forces du changement

Le général Timothée Malendona est mort dimanche 12 décembre à l’hôpital général de Bangui où il avait été admis pour une crise d’hypertension. Il était âgé de soixante-quinze ans.

Démocrate convaincu, épris de justice et de liberté, Timothée Malendoma était pour le moins un général iconoclaste. Jeune lieutenant de l'armée centrafricaine, il joua un rôle non négligeable lors du coup d'Etat de la Saint-Sylvestre qui porta au pouvoir Jean-Bedel Bokassa en 1965. C'est lui qui prit la radio nationale d'où fut officialisé le putsch.

Ministre de Bokassa, Timothée Malendoma préféra ensuite quitter Bangui pour Paris où il travailla au siège de la compagnie Air Afrique. En 1991, il se prononce dans une lettre ouverte pour le multipartisme. Pour cela, il est arrêté et passe quelques mois en prison. En 1992, il devient Premier ministre du général Kolingba avant de se faire limoger trois mois plus tard, en raison de ses prises de positions jugées intempestives.

Opposant à Ange-Félix Patassé puis au général Bozizé, il dirigeait depuis un an la coalition des partis de l'opposition centrafricaine. « C'était avant tout un homme de conviction, un homme sincère et courageux », souligne Nicolas Tiangaye, porte-parole du collectif des forces du changement.

Un homme combatif, un homme qui n'avait pas la langue dans sa poche, telle est l'image qui restera de ce général atypique. Un militaire qui avait troqué l'uniforme pour les habits moins reluisant de l'opposant politique en terre centrafricaine.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.