©

Au lendemain des sanglantes manifestations à Abidjan, la pression internationale s'accroît sur Laurent Gbgabo. Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping s'est rendu ce vendredi 17 décembre à Abidjan, porteur d'un message du Nigérian Goodluck Jonathan. Le président en exercice de la Cédéao a demandé par écrit à Laurent Gbagbo de transférer « immédiatement » le pouvoir au « président élu » Alassane Ouattara. De son côté l'Union européenne s'apprête à appliquer des sanctions contre Laurent Gbagbo et son entourage.

Nous resterons sourds à toutes les condamnations
William Atabi, député du Front Populaire Ivoirien
10-10-2013 - Par Marie-Pierre Olphand

Jean Ping n'avait pas pour mission de négocier avec Laurent Gbagbo mais seulement de lui porter une lettre de Goodluck Jonathan, le président en exercice de la Cédéao. Une lettre qui réaffirme deux principes. C'est Ouattara qui a remporté l'élection présidentielle et Laurent Gbagbo doit quitter le pouvoir.

D'après nos informations la rencontre Ping-Gbagbo s'est résumée à un dialogue de sourds. Le numéro un Ivoirien se bornant à proposer en réponse un partage du pouvoir, via la création d'un poste de vice-président pour Alassane Ouattara. Autant dire que la situation reste bloquée ce vendredi soir en Côte d’Ivoire, même si la pression internationale s'est resserrée.

De toutes parts, les réactions ont fusé au lendemain des violences d'Abidjan. Washington a estimé que Gbagbo n'a plus qu' « un temps limité » pour quitter le pouvoir. Et alors que Raila Odinga, le Premier ministre kényan, a prôné l'emploi de la force contre le régime Gbagbo, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU a estimé que le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir conduirait à une « parodie de démocratie ».

Et enfin, les dirigeants européens ont une nouvelle fois exhorté Laurent Gbagbo à quitter le pouvoir, appelant l'armée à se placer sous l'autorité d'Alassane Ouattara. Nicolas Sarkozy le président français a enfoncé le clou. Selon lui Laurent Gbagbo doit partir avant la fin de la semaine, sans quoi sera sanctionné par l'UE.

Ce qui se passe en Côte d'Ivoire est inadmissible.
Réaction de Nicolas Sarkozy
10-10-2013 - Par RFI

Laisser une porte de sortie honorable à Laurent Gbagbo

Certains pays européens auraient souhaité que le nom de Laurent Gbagbo figure sur la liste des Ivoiriens soumis aux sanctions de l’UE, pour rappel le gel des avoirs en Europe et l’interdiction de visa pour les territoires de l’Union. C’était par exemple le cas des Britanniques et des Allemands.

Finalement, il semble que l’avis contraire l’a emporté. Celui de la France, qui préconisait de laisser une porte de sortie honorable à Laurent Gbagbo.

La condamnation des agissements du président sortant et de son camp a été unanime de la part des vingt-sept pays membres de l’Union européenne, dont la Belgique qui exerce la présidence tournante de l’UE.

« Nous sommes naturellement inquiets sur tous les événements qui se sont produits hier encore, les victimes 'mortelles' qui sont tombées, et donc la Belgique souscrit totalement au communiqué qui vient de sortir, qui condamne les actions de M. Gbagbo, et qui en appelle à la Cour internationale de justice, que le personnage en question soit traduit devant cette cour », a déclaré Yves Leterme, le Premier ministre belge.

Outre cette menace d’une saisine de la Justice pénale internationale, évoquée aussi par le président français Nicolas Sarkozy, l’Union européenne affirme, sans ambages, que la responsabilité de la crise politique ivoirienne, « incombe à ceux qui empêchent un transfert rapide et pacifique du pouvoir, au président élu Alassane Ouattara ».

La stratégie de l'asphyxie économique contre Laurent Gbagbo

Au cœur des institutions africaines, en particulier à la Banque centrale de l’Afrique de l'Ouest, se joue en coulisses une partie déterminante. Comme les autres Etats, la Côte d'Ivoire possède un compte à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest. Toutes les opérations financières avec le FMI, les bailleurs de fonds passent par ce compte. C'est également le cas des taxes sur les revenus du cacao et du pétrole. C'est donc une partie très importante du budget de l'Etat.

D'après certains experts financiers, Laurent Gbagbo n'aurait plus la signature sur ce compte. Et à partir du moment où la communauté internationale reconnait la victoire d'Alassane Ouattara, il est dans l'ordre des choses que ce dernier la récupère.

Petit à petit, le gouvernement de Laurent Gbagbo risque de se retrouver sans argent même si les analystes financiers restent persuadés qu'il dispose d'autres comptes en Côte d'Ivoire. Il n'empêche, la question principale qui va se jouer dans les prochains jours est de savoir qui va payer les fonctionnaires en décembre.

D’où colère du gouvernement de Laurent Gbagbo qui accuse Alassane Ouattara d'essayer de nommer des représentants au sein des organisations économiques ouest-africaines. Ce vendredi, la porte-parole du gouvernement de Laurent Gabgbo, Jacqueline Oble, citée par l’AFP, a estimé que ces « agissements font peser de graves menaces sur la survie» de l'Union économique et monétaire ouest-africaine.

Affrontements à Bassam…

Un habitant de Bassam
10-10-2013 - Par RFI

La situation reste extrêmement tendue en Côte d'Ivoire. Si un calme tout relatif régnait ce vendredi dans la capitale économique, en revanche des violences ont éclaté à Bassam, sur le littoral, à une quarantaine de km d'Abidjan. Selon des témoignages, des hommes en tenue auraient jeté des grenades lacrymogènes à l'intérieur d'une mosquée à l'heure de la prière à la mi-journée.

Des jeunes militants pro-Ouattara seraient alors partis manifester leur colère devant le siège de la police...qui aurait répliqué. Il y aurait au moins un mort, plusieurs même selon certaines sources.

… retour au calme à Abidjan

Malgré le mot d’ordre de mobilisation lancé hier par Guillaume Soro, les manifestations dans la rue n’ont pas eu lieu ce vendredi.

Le Premier ministre de Ouattara revendiquait le droit légitime, en tant que gouvernement élu, de reprendre le contrôle de la radiotélévision ivoirienne et la primature, toutes les deux gardées par des soldats fidèles à Laurent Gbagbo.

Dès le levé du couvre-feu à 5 heures ce matin, la gendarmerie et la garde républicaine occupaient tous les carrefours majeurs de la ville.

Aucun regroupement n’était possible, dans cette ville morte, où quasiment aucun commerce n’a pu ouvrir ses portes.

Dans le peu de cas où les supporters de Ouattara ont réussi à se retrouver, comme à Adjamé ce matin, ils étaient dispersés rapidement, avec les tirs d’intimidation en l’air.

Les barrages et les contrôles d’identité se sont multipliés aujourd’hui, avec une force importante des gendarmes, sur les deux pans qui coupent la ville en deux.

Autour du Golf Hotel, quartier général de Ouattara, les gardes républicains ont établi un périmètre de sécurité, ne laissant personne rentrer ni sortir. La tension en ville est bien palpable, pendant que les deux camps se resserrent chacun de son côté.
 

Pour nos auditeurs ivoiriens qui ne peuvent plus nous écouter en modulation de fréquence vous pouvez, si vous disposez d'un poste à ondes courtes, nous écouter dans la bande des 31 mètres sur 9.790 kilohertzs entre 6H et 7H TU /// 18 H et 21 H TU.

Dans la bande des 49 mètres, sur 5925 kilohertz entre 6 H et 7H TU.
Dans la bande des 25 mètres entre 7 H et 8H TU et enfin dans la bande des 19 mètres, sur 15 300 kilohertzs entre 8H et 11H30 TU et de 12H a 17 H TU.

En raison de l'abondance exceptionnelle de réactions et de la violence de certains propos, nous ne sommes pas en mesure de publier vos commentaires.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.