Le groupe BRIC va devenir BRICS avec l'arrivée de l'Afrique du Sud

Le Russe Dmitri Medvedev, le Brésilien Lula, le Chinois Hu Jintao et Premier ministre indien Manmohan Singh, au Brésil en avril 2010.
© José Cruz/ABr

L'Afrique du Sud va rejoindre les BRIC, le groupe des grands pays émergents : Brésil, Russie, Inde, Chine. Désormais, il s'agira donc des BRICS, avec un «S» à la fin pour South Africa. C'est la Chine, qui assure la présidence tournante de l'organisation, qui a proposé à la première économie africaine de rejoindre ce club informel de pays à croissance rapide. Lors du dernier G20, en novembre dernier, à Séoul, le gouvernement sud-africain avait demandé à être admis au BRIC. Ces pays émergents devraient représenter 61% de la croissance mondiale d'ici 2014. 

« C'est le plus beau des cadeaux de Noël », a assuré la ministre sud africaine des Affaires étrangères. Pour Maite Nkoana-Mashabane, en rejoignant les BRIC, l'Afrique du Sud va pouvoir renforcer son influence.

Pourtant, la première économie du continent reste un petit poucet par rapport aux autres géants du groupe. Son Produit intérieur brut ne représente qu'un quart du PIB de l'Inde.

Avec 49 millions d'habitants, son poids démographique est aussi largement inférieur face aux 191 millions de Brésiliens ou au milliard 360 millions de Chinois.

Et les prévisions de croissance du gouvernement atteignent les 3% cette année, un niveau bien plus faible que les autres pays émergents du groupe.

Mais la nation arc-en-ciel devrait surtout servir de port d'entrée aux membres des BRIC pour consolider leur présence sur l'ensemble du continent. Ils accéderont plus facilement aux consommateurs de la région, ils sont environ un milliard en Afrique subsaharienne.

La Chine, l'Inde, la Russie ou le Brésil pourront aussi mieux exploiter les nombreuses ressources minières africaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.