Republier
Comores

Comores : le candidat du pouvoir Ikililou Dhoinine remporte la présidentielle


©

Le candidat du pouvoir Ikililou Dhoinine a largement remporté l'élection présidentielle aux Comores, devenant ainsi le premier ressortissant de l'île de Mohéli à prendre la tête de cet archipel de l'océan Indien depuis son indépendance en 1975. Les résultats provisoires du scrutin ont été annoncés ce mercredi 29 décembre 2010 par la CENI. Les résultats définitifs seront validés par la Cour Constitutionnelle dans les prochains jours.

Avec notre envoyée spéciale à Moroni,

Ikililou Dhoinine, dauphin du président sortant, le président Sambi, remporte l’élection avec 61 % des suffrages, devant son principal rival Mohamed Saïd Fazul avec 33 %. Le taux de participation est relativement élevé pour les Comores avec 52,8 % de votants.

Le processus pour obtenir cette proclamation des résultats a été assez laborieux. Les résultats ont été annoncés région par région. Ce qui ressort, c’est que dans une seule région de l’île de la Grande Comore, Ikililou Dhoinine est devancé par son adversaire Mohamed Sahid Fazul. Partout ailleurs, il obtient une très large majorité des suffrages qui sur l’île d’Anjouan grimpent à 80 % des votes exprimés.

Sérieux dysfonctionnements

Les résultats provisoires n'ont pas été proclamés dans les délais. La Commission électorale et le ministre d'Etat chargé des élections n'ont pas pu se mettre d'accord. Que peut-il se passer maintenant ?
Le différend qui oppose l'exécutif et la Commission électorale
10-10-2013 - Par Juliette Rengeval

Tous les observateurs qui ont été envoyés par l’organisation de la Francophonie, l’Union africaine, l’organisation de la Conférence islamique ou la Ligue arabe, ou les observateurs nationaux – tous, disent que le scrutin s’est déroulé d’une manière globalement acceptable, mais notent de sérieux incidents et dysfonctionnements à Anjouan.

Là, tout le monde souligne qu’il y a eu des listes qui étaient déjà pré-remplies avant même l’ouverture des bureaux de vote ainsi qu'une présence militaire trop forte, qui a été dénoncée par les observateurs.

Chacun appelle maintenant les Comoriens à accepter, évidemment dans le calme, le résultat de cette élection, mais également à ceux qui voudraient contester ces résultats, de la faire par les moyens légaux devant la Cour constitutionnelle, puisqu’ils disposent de moyens de recours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.