Référendum au Sud-Soudan : Omar el-Béchir joue la carte de l’ouverture

Le président soudanais Omar el-Béchir à Khartoum, le 20 décembre 2010.
© Mohamed Nureldin Abdallah / Reuters

Le président soudanais promet d'aider le Sud-Soudan à bâtir un pays frère, sûr et stable. Des propos d'un ton nouveau de la part d’Omar el-Béchir, qui s'exprimait dans un meeting le 28 décembre 2010 dans l'Etat de la Gezira, au sud-est de la capitale. Un discours salué par les autorités sudistes, à quelques jours du référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan le 9 janvier prochain.

« Si vous choisissez l'unité, bienvenue. Si vous choisissez la sécession, bienvenue aussi ». Omar el-Béchir a joué la carte de l'ouverture à l'égard des Sud-Soudanais appelés à voter début janvier. Dans son discours, le président soudanais s'est placé dans la perspective d'un OUI au référendum, et donc d'une indépendance du Sud qu'il qualifie déjà d'«Etat frère».

Quel message se cache derrière ces propos en apparence bienveillants ? Faut-il y voir un discours réaliste à quelques jours d'un scrutin dont l'issue ne fait guère de doute ou des propos plus stratégiques ? Il y a quelques jours, son assistant Nafie Ali Nafie avait reconnu que la sécession était probable, car tous les efforts pour maintenir l'unité avaient échoué.

On sait cependant que les discussions préparatoires au référendum qui se sont déroulées depuis le mois de juillet ont été compliquées et que dans l'entourage d'Omar el-Béchir, la tendance était plutôt à freiner des quatre fers pour éviter une indépendance totale du Sud, riche en pétrole.

Il y a une dizaine de jours, Omar el-Béchir avait d'ailleurs opté pour un ton plus provocateur. Il avait prévenu qu'en cas de sécession, la loi islamique deviendrait la seule source de la constitution. Plus question de diversité culturelle ou ethnique, avait-il ajouté, faisant planer la menace d'une radicalisation du Nord en cas d'indépendance du Sud.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.