RDC : le Parlement doit décider du mode de scrutin


©

En République démocratique du Congo, les partis politiques s'activent dans la perspective de la présidentielle de novembre prochain. La polémique fait rage autour du mode de scrutin. La majorité souhaite en effet instaurer un scrutin à un tour et le président Joseph Kabila a commencé à rallier ses troupes. Il s'est rendu le 02 janvier , à Lubumbashi pour rencontrer les parlementaires locaux.  

La question est aujourd’hui au centre des débats dans la sphère politique congolaise. Pour la majorité l’élection présidentielle à un tour est très profitable à la population. Elle coûterait moins cher selon Blaise Kaboué qui déclare que le scrutin à deux tours est problématique.

2006 n'est pas loin de nous, nous nous en souvenons.
Baudouin Mayo, membre de l'Union pour la nation congolaise de Vital Kamerhe
10-10-2013 - Par Kamanda Wa Kamanda

« L’élection à deux tours a un impact négatif sur la vie politique, compte tenu des comportements de nos politiciens. Nous avons un régime purement parlementaire et au lieu de penser au peuple cela est devenu une histoire entre les politiciens », explique-il.

Un avis que ne partage pas Baudouin Mayo de L'Union pour la nation congolaise (UNC), nouveau parti de l’opposition dirigé par Vital Kamerhe.

« Aujourd’hui revenir sur un mode de scrutin à deux tours au profit du scrutin majoritaire à un tour ne répond qu’aux besoin de la majorité présidentielle qui voudrait faire un passage en force », annonce Baudouin Mayo.

C’est le Parlement qui devra donner une réponse à cette démarche de la majorité.