En Tunisie, la contestation sociale continue

Page Facebook appelant à la grève les lycéens tunisiens, le 3 janvier 2011.
©

En Tunisie, le mouvement entamé mi-décembre s'est poursuivi hier, lundi 3 janvier 2010, dans certaines villes du pays avec les lycéens un appel à la grève et à la désobéissance civile avait été lancé sur Facebook, à plus de 10 000 jeunes. La contestation n'a pas été massive, mais plusieurs établissements ont cependant été concernés par le mouvement. Les avocats ont de leur côté décidé de se mettre en grève jeudi 6 janvier.

Témoignage d'un jeune blogueur tunisien
04-01-2011

Les lycéens ont fait parler d'eux hier dans plusieurs villes à Sfax, à Sidi Bouzid, à Tunis, à Grombalia non loin de la capitale et à Bizerte. A Jbeniana deux jeunes auraient été interpellés. A Sousse il y aurait eu des heurts entre les étudiants et les forces de l'ordre. Dans la ville de Thala, la contestation a été plus large et des incidents auraient impliqué des diplômés chômeurs.

De leur côté, les avocats ont décidé, ld'une journée de grève générale, le 6 janvier , après une réunion du conseil de l'ordre. Une grève, pour dénoncer l'attitude des autorités à leur égard. En fin de semaine dernière ils avaient exprimé leur solidarité avec le mouvement social en portant un ruban rouge, ils ont été pris à parti et malmenés. Quelques jours plus tôt, deux d'entre eux avaient été interpellés toute une nuit et brutalisés.

Témoignage d'un jeune blogueur tunisien
04-01-2011

La grogne est toujours là également dans le bassin minier de Gafsa où des émeutes sur fond de chômage avaient éclaté, il y a trois ans. Les anciens prisonniers arrêtés après ces événements, puis relâchés un an plus tard, ont lancé lundi un sitting illimité au siège de l'Union générale des travailleurs tunisiens, de Redeyef. Ils réclament leur réintégration dans la fonction publique, des solutions aux problèmes du chômage et surtout dans l'immédiat, la libération des jeunes de la ville arrêtés ces derniers jours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.