Mali : révélations de WikiLeaks sur l’avion de la drogue

L'avion de la cocaïne, à 200 km au nord de Gao, au Mali.
© Photo : Serge Daniel

Un message de l'ambassade américaine révélé le 14 décembre 2010 par WikiLeaks revient sur le fameux Boeing de « Air Cocaïne » dont l'épave a été retrouvée le 2 novembre 2009 en plein désert, à Tarkint, dans la région de Bourem, au Nord Mali. Le télégramme américain tend à prouver que ce dossier a été verrouillé au plus haut niveau par les autorités de Bamako.

Le message diplomatique américain est classé « secret ». On y apprend que l'enquête sur le fameux crash de l'avion de la drogue, dont l'épave a été retrouvée le 2 novembre 2009 à Tarkint, est placée jusqu'à la fin novembre 2009 sous la responsabilité exclusive de la DGSE malienne.

Mais l'aviation civile malienne, qui est la juridiction normale d'enquête sur les accidents aériens, n'a pas reçu l'autorisation de travailler sur ce dossier sensible, comme l’avoue un responsable de l’aviation civile à un diplomate américain.

« C'est la DGSE qui pilote l'enquête car le crash de l'avion a eu lieu dans le Nord Mali », avance un représentant de l'office des Nations unies contre la drogue et le crime.

Plusieurs vols Colombie-Mali

Selon lui, toujours d’après ce message diplomatique, même la brigade anti drogue de la police judiciaire malienne a été mise à l'écart du dossier. La même source affirme que le gouvernement malien a refusé de partager ses informations avec l'agence onusienne de lutte contre la drogue et le crime.

Dans ce même télégramme diplomatique américain, on apprend que le fameux Boeing 727 avait été loué au Venezuela, était immatriculé en Arabie Saoudite mais volait sous licence bissau-guinéenne. Une licence de vol périmée depuis plusieurs mois.

Enfin, on découvre que cet appareil avait déjà effectué plusieurs vols entre la Colombie et le Mali…

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.