Republier
Soudan

Référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan : les électeurs commencent à voter

Une jeune femme sud-soudanaise met son bulletin de vote dans l'urne à Juba la capitale du Sud-Soudan, le 9 janvier 2011.
© Trevor Snapp / AFP

C’est une page d’histoire qui s’écrit en Afrique : le Sud-Soudan se prononce par référendum sur son indépendance. Les bureaux de vote sont ouverts depuis l’aube ce dimanche 9 janvier 2011. Au bureau de vote proche du Mémorial John Garang, le président de la région semi-autonome du Sud-Soudan, Salva Kiir vient de voter. Le récit de notre envoyée spéciale.

Le président du Sud-Soudan, Salva Kiir © AFP/ STRINGER

Coiffé de son habituel chapeau noir à larges bords, Salva Kiir s’est d’abord recueilli quelques instants sur la tombe de John Garang, le leader de la rébellion sudiste décédé quelques mois après avoir signé, en janvier 2005, l’accord de paix avec le régime de Khartoum. Salva Kiir a déposé son bulletin dans l’urne sous les applaudissements. «C’est le moment historique qu’attendait le Sud-Soudan ! » a-t-il déclaré tout sourire avant de s’adresser aux forces de l’ordre pour qu’elles assurent la sécurité de ce scrutin référendaire. Le vote du président sudiste ne fait aucun doute puisqu’il a lui-même annoncé qu’il choisissait la sécession.

Salva Kiir, le président de la région semi-autonome du Sud-Soudan
09-01-2011

Une forte affluence devant les bureaux de vote

Au Mémorial John Garang, la file des électeurs court sur près de 800 mètres, peut-être même un kilomètre. Les files sont organisées avec les hommes d’un côté et les femmes de l’autre.

Dans un autre quartier, les électeurs étaient déjà présents une heure au moins avant l’ouverture des bureaux de vote. Beaucoup sont d’ailleurs venus avec leur chaise en prévision d’une longue attente. Tous ont le sourire : le premier jour c’est le rush explique un votant, il faut s’organiser.

Des policiers en treillis jaune et marron veillent au bon déroulement du scrutin.
Tous ces Soudanais expliquent qu’ils attendent ce référendum sur l’indépendance depuis 45 ans. Le divorce avec le Nord semble bel et bien consommé. L’enjeu du scrutin n’est pas son résultat car tous les pronostics donnent la sécession gagnante mais le taux de participation et les conditions dans lesquelles se déroulera le vote.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.